bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
Commentaires de Herbrand avatar
fiche
Trier par : Date | Support | Nom | Note
162 commentaires
Darksiders: Warmastered Edition play4
Herbrand

le 18/05/2019
7
Imaginez un Zelda se déroulant dans un univers post-apocalyptique rempli d'anges et de démons qui veulent votre peau : voici Darksiders. On peut difficilement nier ce parallèle tant le déroulement du jeu et le gameplay sont similaires, y compris dans l'acquisition progressive d'outils. Même les combats de boss ont ce petit côté "énigme" bien familier de la série de Nintendo. Là où Darksiders se démarque c'est dans ses combats : War est bien plus agile que Link, ce qui donne un dynamisme accru et très appréciable. Le seul gros défaut vient du scénario, qui échoue malheureusement à créer du suspense, malgré une volonté claire d'esquisser une trame basée sur la trahison et la manipulation. Darksiders n'en reste pas moins un jeu plus que sympathique. A découvrir.
The Witcher 3: Wild Hunt play4
Herbrand

le 21/01/2019
9
Un univers, une ambiance et une narration incroyables. Ça fait vraiment du bien d'avoir enfin des quêtes annexes scénarisées qui évitent de tomber dans du fedex ennuyeux. Je dirais que le jeu souffre de deux défauts qu'on oublie très facilement à côté de ses grandes qualités :

- Les combats ont peu de saveur. Ça n'est pas mauvais, c'est même plus que correct, mais rien d'exceptionnel et ça en devient redondant. Même les boss sont plutôt ennuyeux.

- La quête principale est meh, surtout à Novigrad et Skellige. Il y a de bons moments, mais dans l'ensemble rien de très passionnant. Les quêtes annexes, surtout celles liées aux personnages clefs de l'histoire, rattrapent largement le coup.
Dragon Quest XI : Les Combattants de la Destinée play4
Herbrand

le 11/12/2018
6
Le dernier rejeton de la saga Dragon Quest propose une aventure plutôt rythmée et agréable à parcourir. Tous les ingrédients traditionnels sont présents et mis au goût du jour au travers d'une réalisation et de mécaniques contemporaines. Force est de constater que Square Enix est parvenu à mettre à jour la formule tout en préservant son classicisme. Peu de prise de risque in fine, ce à quoi il fallait s'attendre dans une série aussi conservatrice. Sans élever le niveau, DQ11 constitue un épisode honnête avec les forces et faiblesses héritées de ses prédécesseurs. Plus largement et malgré ses tares, il constitue peut-être aujourd'hui l'une des meilleures opportunités, pour les plus jeunes joueurs, de s'initier à l'art du RPG.

+ Le monde DQ sublimé par une réalisation d'aujourd'hui
+ Un système classique mais efficace
+ Rythme agréable
+ Casting plutôt sympa
+ Grande durée de vie (45 heures pour le jeu normal en ligne droite ; post-game très fourni)

- L'histoire et la narration banales (normal, c'est un DQ)
- Redondance entre les différents actes
- Très peu de variété dans la bande son (les 2-3 mêmes pistes reviennent en boucle)
Dissidia Final Fantasy: Opera Omnia ios
Herbrand

le 21/08/2018
5
Opera Omnia est un jeu iOS fan service plutôt sympathique, qui apporte l'avantage concurrentiel de ne pas bloquer les personnages FF derrière un système gacha désespérant (coucou Brave Exvius). Ici, plaisir immédiat : on peut chopper ses héros préférés pour former un trio du tonnerre, partir à l'aventure au gré du scénario minimaliste et principalement composé de saynètes. Même si les clins d'oeil et l'aspect cross-over sont sympas, ça ne vole pas trois pattes à un canard. Reste le gameplay, qui consiste en un tour par tour s'appuyant sur le système de double jauge HP/Brave bien connue des jeux Dissidia, mais avec en plus des boss qui possèdent leur propre particularité.

In fine, tout ça donne un jeu sympathique et plaisant à jouer lorsqu'on a rien d'autre que son mobile sous la main. Le plus gros carton rouge est que beaucoup de personnages sont à débloquer via des missions ponctuelles accessibles pendant 2 semaines. Déconnectez-vous un moi et vous êtes certains de rater un voire deux persos. Il ne vous reste dès lors plus qu'à attendre qu'ils réapparaissent à nouveau... dans plusieurs mois.
Dark Souls Remastered play4
Herbrand

le 15/07/2018
9
Je n'ai aucun doute que Dark Souls restera longtemps dans les mémoires comme un nouveau classique. L'univers sans pitié, la difficulté présente dès le début, les zones sans merci (Blightown et son poison, Anor Londo et ses archers, New Londo et ses fantômes, etc.) et surtout son world design exceptionel et interconnecté ... forment un tout mémorable. Pour l'avoir refait après de nombreuses heures sur Dark Souls 3, je ne peux m'empêcher de penser que les deux forment un tout et une continuité, non seulement dans la lore (évidemment) mais aussi dans le gameplay. Dark Souls est en quelque sorte la gemme brut, que l'on admire pour ce qu'elle est, tandis que Dark Souls 3 est une pierre raffinée, qu'on apprécie pour ce qu'elle est devenue. Lorsqu'on les met bout à bout, on se rend compte de l'intelligence de From Software dans l'évolution de sa série. Dans Dark Souls, pas de warp avant la deuxième partie du jeu, pas de respec, plein de raccourcis à débloquer, des forgerons dispersés ... arrivé sur Dark Souls 3, on a déjà traversé toutes ces épreuves et elles ne surprennent plus. Du coup, on nous fournit des facilités pour les contourner. Par contre, pour nous barrer la route, on place des boss bien plus redoutables que dans le premier opus, du online aggressif, et des mid-boss plus redoutables que le pire qu'on rencontre dans le premier épisode. J'apprécie également l'évolution de la série en terme de diversité des armes, en équilibre des infusions (upgrade paths), des builds et de l'interaction en ligne. C'est d'ailleurs sur ces aspects que l'on repère les légères imperfections de ce premier opus, lesquelles passaient pourtant inaperçue à l'époque de la découverte. Qu'importe. Que ce soit dans sa version originale ou dans son remaster, Dark Souls est un mythe à découvrir ... et le restera.
The Legend of Heroes: Trails in the Sky the 3rd pc
Herbrand

le 24/05/2018
8
Sans atteindre l'excellence de ses prédécesseurs, ce troisième opus nous offre une très bonne occasion de retrouver les protagonistes de Second Chapter, accompagnés de trois nouveaux personnages jouables, et de son excellent game system. La structure de progression est quelque peu répétitive et les environnements beaucoup plus ternes. Ceci n'empêche pas de prendre beaucoup de plaisir à entreprendre ce dernier voyage dans la trilogie TiTS.
Final Fantasy VII Remastered pstore
Herbrand

le 24/05/2018
10
Terminé Final Fantasy VII for PS4 en 20 heures. Ça doit être la meilleure édition pour faire le jeu actuellement : l'upscaling est honorable, et surtout on a la possibilité de tripler la vitesse du jeu et d'enlever les combats aléatoires, ce qui rend le jeu d'autant plus agréable à jouer aujourd'hui. J'en ai d'ailleurs profité pour accomplir un challenge que j'avais débuté sur la version mobile : terminer le jeu en désactivant tous les combats aléatoires. Force est de constater que FFVII est ultra facile, même dans ces conditions. Seuls deux boss m'ont véritablement fait suer : Demon's Gate et Carry Armor. J'ai dû avoir quelques autres game over par mégarde ou mauvaise préparation, mais la plupart des boss soit ne tape pas assez fort pour inquiéter une fois qu'on a la matéria Barrier, soit peut être neutralisé en se protégeant contre le bon élément (coucou Jenova et Schizo). Et encore, j'ai fait tout le jeu en étant équipé des armes et armures à augmentation double, afin que mes matéria montent quand même de niveau. Les talents de l'ennemi obtenus vers la moitié du jeu (Trine et Aqualung) suffisent pour terrasser tous les boss qui n'ont pas de résistance particulière à la magie, tandis que la fin du jeu est une blague une fois qu'on a les armes ultimes ou quasi-ultimes. En particulier, le conformer de Yuffie — dont les dégâts scale avec le niveau de l'ennemi attaqué — a fait chialer Sephiroth. Je n'ai pas encore été me frotter aux Weapons, qui devraient déjà poser plus de problèmes.
The Legend of Zelda: The Wind Waker HD wiiu
Herbrand

le 31/01/2018
5
J'ai été charmé par la direction artistique de ce Zelda et son ambiance générale. La maniabilité est également meilleure que dans certains autres épisodes qui pêchaient particulièrement à ce niveau (coucou Twilight Princess), même si je trouve Link lourdingue par moment (constance dans les épisodes 3D de la série, ceci dit).

L'aventure est globalement bien rythmée, avec des donjons plutôt sympa à parcourir et pas trop longs. Par contre - à croire que c'est une exigence typique dans le cahier des charges d'un Zelda - il a fallu que Nintendo insère de temps à autre des phases ultra chiantes qui cassent complètement le rythme (la recherche des fragments de triforce en tête).

Le scénario est minimaliste, mais quand on joue à un Zelda on s'y attend.

Je ne suis toujours pas conquis par la série. Wind Waker me permet tout de même même de garder espoir de trouver un épisode qui me ravira.
Final Fantasy XIV: Stormblood [DLC] play4
Herbrand

le 03/01/2018
9
FFXIV continue sur la lancée de son extension précédente pour nous proposer un contenu agréable mais prévisible. Peu de changements notables sur la structure du contenu en tant que tel. A noter tout de même un léger remaniement du système de combat, qui le rend plus accessible à la manette.
Final Fantasy XII: The Zodiac Age play4
Herbrand

le 28/12/2017
8
J'apprécie toujours autant l'univers et le système de gambits. Par contre le casting est très inégal, la moitié ne servant à rien pendant la majeure partie du jeu (Penelo, Vaan, Balthier). L'histoire démarre très bien mais s'essouffle assez rapidement et de plus en plus au fil de la progression, pour devenir bien plate sur la fin. La plupart des boss rencontrés ne semble d'ailleurs être là que pour faire fonction. Fort heureusement, ce remake sauve la mise grâce à son système de double jobs qui redonne une seconde vie au jeu original, ainsi qu'au mode accéléré sans lequel j'aurais sans doute eu plus de mal à arriver au bout.
Persona 5 play4
Herbrand

le 27/07/2017
8
Persona 5 est la consécration de la formule initiée avec P3. Il est malheureusement quelque peu victime des tendances « shonenesques / japoniaisantes » et d'une surdose de textes inutiles et inintéressants. Le scénario et la narration proposent des moments forts, malgré parfois un regrettable manque de sérieux.

+ La direction artistique est peaufinée à l'extrême et donne un charme unique au jeu.
+ On peut parcourir aussi bien des donjons précalculés et des aléatoires.
+ L'intégration plus poussée des social links (appelés confidants). Pour la première fois, ils ont un impact autre qu'uniquement sur les fusions de personae : augmenter un confidant octroie des capacités utiles en combat ou dans la gestion du calendrier. Cela oblige à réfléchir plus profondément à quels confidants privilégier. Il s'agit à mon sens de la plus grande innovation du titre par rapport à ses prédécesseurs.
+ Plus généralement, le gameplay déjà excellent se trouve ici encore amélioré. On approche de la perfection.
+ On est à Tokyo et on peut retrouver certains coins bien connus de la ville.
+ Plusieurs améliorations de « qualité de vie » qui font du bien par rapport aux prédécesseurs.

- Les discussions par SMS, trop nombreuses, répétitives et rarement utiles.
- La mauvaise influence de la culture japonaise actuelle se fait parfois sentir, notamment dans certains moments importants. On se rappelle malheureusement que c'est un jeu pour ados.
- Quelques irrégularités dans la qualité du scénario, de la narration et de l'écriture.
- L'impression de déjà vu persiste, même si moins flagrante que dans P4.
Dark Souls III: The Ringed City [DLC] pstore
Herbrand

le 07/04/2017
10
Voici donc la tant attendue conclusion à la grande série qui aura transcendé ceux qui auront osé s'y frotter. Loin d'être un simple DLC indépendant, The Ringed City n'est ni plus ni moins que l'apothéose de toute la trilogie, dans tous ses aspects.

+ Les zones proposées sont le summum du sadisme qu'a pu proposer la série Souls. Loin d'être de pâles copies du passé, de nombreux pièges originaux et oppressant vous attendent. Ils vous mèneront inéluctablement au fameux « You Died » ... de nombreuses fois.

+ Quatre boss vous barreront la route, dont deux vous feront confondre Nameless King avec Iudex Gundyr, tandis qu'un troisième utilise les fonctionnalités en ligne de façon très originale.

+ La direction artistique est juste incroyable. La meilleure qu'on ait vu dans toute la série, avec de très nombreux détails à découvrir et des panoramas à couper le souffle.

+ La lore n'est pas en reste et apporte une véritable conclusion à Dark Souls (au sens large). Comme toujours, n'attendez aucune information explicite : tout est laissé à vos interprétations et spéculations. Je me suis en tout cas beaucoup plu à lire et réfléchir sur les différentes théories proposées par les joueurs, notamment sur Reddit.

+ Beaucoup de clins d'oeil, notamment une scène avec un certain NPC qui m'a bien fait rire.

+ Outre les qualités ci-dessus, ce dernier DLC est plutôt long : j'ai mis 11h pour arriver au bout la première fois, et 2h lors de mon second run (en ligne droite et en connaissant les bosses donc). A titre de comparaison, j'avais terminé Ariandel en 8h la première fois et en moins d'une heure les suivantes.

- Le seul véritable défaut de ce DLC est que le chemin à suivre est, au final, très linéaire. On est loin des Grand Archives ou du Undead Settlement. Néanmoins, cela paraît avoir peu d'importance compte tenu de toutes les qualités de ce contenu.

C'est donc une conclusion exceptionnelle pour une série qui l'est autant, indispensable à acquérir.
Star Ocean: Integrity and Faithlessness play4
Herbrand

le 22/03/2017
5
On remarque assez vite qu'il s'agit d'un jeu à petit budget. Le scénario est minimaliste et complètement inintéressant, la mise en scène est inexistante (la plupart des cutscenes consistent à faire parler les personnages sans transition, en empêchant le personnage contrôlé de s'éloigner), la réalisation laisse à désirer (e.g. un NPC qui passe à travers nos personnages en cutscene). A la limite, il aurait été préférable qu'il n'y ait aucun scénario tant tout ceci entrave l'expérience de jeu plus qu'il ne la sert. J'ajoute à l'addition que les membres du casting sont horribles, aussi bien dans leur personnalité que dans la variété de leurs aptitudes (sur 6 personnages, on a deux épéistes qui se partagent les skills de Crawd/Fate/Edge, un healer, un mage, un clone de Cliff/Mirage de SO3 et un archer qui ne paie pas de mine). Le grand méchant de l'histoire ne fait pas exception et est sans doute l'un des plus insignifiants que j'ai jamais vu (oui, pire que celui de SO4) ! Enfin, certains éléments de game design pourtant évidents accentuent la frustration (notamment l'impossibilité de passer les scènes, et un septième personnage en combat qui ne peut pas attaquer).

Malgré tout cela, j'ai passé un moment correct sur ce jeu, ceci uniquement grâce à son système de combat aux normes de la série (avec 6 persos en action en même temps !) et tout ce qui tourne autour : battle skills, spécialités, item creation, et l'excellent système de rôles qui permet non seulement d'associer des capacités passives mais également de customiser le comportement de l'IA.

Le jeu est globalement plutôt court (18h en ligne droite), tout comme ses donjons qui ne prendront jamais plus d'une heure pour être parcourus. Il n'est pas impossible que j'y refasse un jour un tour dans un mode de difficulté supérieure, en faisant quelques annexes cette fois.
Final Fantasy XV play4
Herbrand

le 24/01/2017
3
Le maître mot est gâchis. Car ce nouveau Final Fantasy est tout de même très ambitieux : open world avec un mon scénario directeur, présenter un univers mêlant SF/fantasy comme plusieurs épisodes phares ont réussi à le faire, une réalisation digne de la génération actuelle, et un système de combat à la fois dynamique et héritant des codes de la saga. Mais au final, quasiment tout est raté :

- L'open world, s'il reste agréable à parcourir, n'a aucune utilité si ce n'est justifier de nombreux allers-retours et quêtes FEDEX.
- Le scénario est supporté par une narration d'une qualité abominable, digne des plus mauvais films (les exemples récents qui me viennent en tête sont Warcraft et ... Kingslaive). Même en suivant le scénario en ligne droite, on se demande souvent où on est, pourquoi on y est, et ce qu'il s'est passé récemment ; et ça empire au fur et à mesure que l'on progresse. Les réactions parfois complètement incohérentes des protagonistes n'aident pas.
- La personnalité des membres du quatuor est très clichée, même si certaines scènes sauvent la mise. En revanche, je déteste Prompto. Vraiment.
- Le système de combat est raté. A force de dénigrer le classique tour à tour mais de ne pas vouloir/pouvoir faire de l'action réelle, on obtient un système le cul entre deux chaises sans grand intérêt, où le joueur doit maintenir un bouton pour que le personnage réalise automatiquement ses actions. La mauvaise gestion de la caméra accentue la frustration.
- En parlant de frustration, le jeu met à l'honneur de nombreux choix de game design dont je ne vois d'autre origine qu'un esprit psychopathe et torturé. Le chapitre 13 est l'expérience vidéoludique la plus horrible que j'ai connue depuis un temps immémorable.
- Plein de détails qui nuisent à l'expérience de jeu, notamment de nombreux manques de finition.

Pour terminer, citons tout de même quelques qualités du titre :
+ Le monde est plutôt beau et agréable à parcourir. Mention spéciale pour Altissia, la Venise de FFXV !
+ Certains combats épiques.
+ Le potentiel du background et de l'univers (malheureusement gâché par le reste).
+ La présence de la presse (journaux, radio) plutôt bien utilisée
+ Le doublage français plus que correct
+ Boobs boobs boobs (Aranea, Cindy)
Bloodborne: The Old Hunters [DLC] pstore
Herbrand

le 12/01/2017
9
The Old Hunters propose une bonne dose de nouveau contenu et de challenge. On retient les boss particulièrement ardus, bien plus que dans le jeu principal. La lore est toujours aussi cryptique, ce qui m'a obligé à m'informer à nouveau par le biais de wiki et autres media de partage. De ma compréhension globale (qui est imparfaite), elle complète bien l'histoire initiale, mettant notamment en scène des personnages importants de celle-ci.
Dark Souls - Artorias of the Abyss [DLC] pstore
Herbrand

le 12/01/2017
10
Un DLC excellent à l'image du jeu originel.

+ Riche en contenu
+ Combat de boss top
+ Lore ultra intéressante qui complète bien celle précédemment en place, et centrée sur un personnage énigmatique et emblématique du jeu
Dark Souls III: Ashes of Ariandel [DLC] pstore
Herbrand

le 30/12/2016
7
+ Nouvelles armes très sympas et plutôt originales
+ Zone très vaste
+ Paysages enneigés
+ Boss de fin challenging

- Un peu faible en contenu
- Boss optionnel quelconque
Bloodborne play4
Herbrand

le 30/12/2016
9
Bien que masqué derrière un autre nom, Bloodborne est clairement un héritier de la série Souls tant nombreuses de ses mécaniques sont reprises de cette dernière. Il se démarque néanmoins par quelques différences dans son gameplay (l'absence de bouclier, les armes à feu, le dynamisme accru, etc.) et sa direction artistique qui en font, in fine, une expérience nouvelle mais familière.

+ Direction artistique type horror-show
+ Combats frénétiques
+ Digne héritage des mécaniques des Souls
+ Boss titanesques
+ Les donjons chalices qui boostent la durée de vie
+ Lore intéressante ...

- ... mais très cryptique au point qu'il est indispensable de consulter d'autres sources et que plusieurs questions essentielles n'ont pas réponse
- Relative absence de variété dans les builds et le gameplay
- Beaucoup plus permissif pour compenser l'absence de bouclier
Dark Souls III play4
Herbrand

le 24/12/2016
10
"You'll never get your first Dark Souls experience back"

Tel est le titre d'un billet récemment lu faisant état du statut particulier de Dark Souls 3, dernière incarnation de la série. Le premier Dark Souls apportait une expérience unique dans notre carrière de joueur : la sensation de se perdre dans un monde qui nous dépasse, truffé de dangers qui peuvent surgir n'importe quand. De nombreux moments de notre périple resteront gravés longtemps dans notre mémoire : Blightown et son poison, la première rencontre avec le Capra Demon, New Londo, Orstein et Smough, et bien d'autres. Tous ces sentiments enfouis conduisent nécessairement à l'impatience de pouvoir retrouver cette expérience, mais paradoxalement à ne jamais complètement retrouver la surprise de la première rencontre.

C'est inévitable.

Dark Souls était unique parce qu'il apparaissait comme du sang neuf dans notre ludothèque, une aventure encore jamais vécue. Toute suite présente et à venir souffrira inéluctablement du défaut de la redite, du sentiment de déjà-vu, de la prévisibilité. Nous avons appris à maîtriser le challenge, nous sommes plus forts de notre premier périple en Lordran. Pas étonnant dès lors que, malgré l'excitation d'avoir enfin entre les mains ce troisième opus tant attendu, un certain désenchantement puisse survenir.

Et pourtant, ça ne serait pas rendre justice à l'oeuvre vidéoludique qu'est Dark Souls 3. Fort de l'expérience des réalisations précédentes, From Software nous livre l'épisode le plus abouti à bien des égards. On citera, sans exhaustivité aucune, une sensation manette en main proche de la perfection, l'apparition de nouveaux éléments qui apportent une nouvelle variété dans les combats, un level design vertical exceptionnel, une direction artistique très réussie, un online bien plus modulable grâce aux Covenants à équiper et, surtout, ce que je considère comme le meilleur ensemble de boss de la série. Je ne compte plus le nombre de fois où je suis sorti victorieux d'un combat en ayant encore les mains qui tremblent. Son scénario fait également honneur à Dark Souls premier du nom en se présentant clairement comme une suite à celui-ci, avec une lore de qualité comme on la connait dans la série.

On pourrait reprocher au nouveau bébé de From Software un manque de cohésion dans le level design horizontal. Les différentes zones semblent ainsi être isolées, bien que les différents panoramas suggèrent fortement que tout fait partie d'un monde connecté. L'effet de bord de ce choix est qu'on n'éprouvera pas la sensation d'être perdu dans un coin misérable de ce monde avec une arme brisée, sans objet de soin ni poudre réparatrice. Mais quel joueur aguerri sortirait encore de Firelink Shrine sans une petite réserve d'objet et l'un ou l'autre Miracle pour se soigner ? Nous avons déjà dompté Lordran ; nous sommes préparés à tout.

Dark Souls 3 sera souvent présenté comme une synthèse, un best of de la série. Il l'est. Néanmoins, le limiter à cette vision n'est pas rendre honneur à ce qu'il est réellement, tel qu'on peut l'apercevoir, à mon humble avis, quand on le considère dans son individualité.

Après de longues rétrospectives et prises de recul, mon constat est clair : Dark Souls 3 est le meilleur Souls auquel j'ai joué.
Pokémon Y 3ds
Herbrand

le 23/11/2016
6
Le premier opus 3DS de la célèbre série de Nintendo semble vouloir tout faire pour récupérer tant le joueur lassé du manque de nouveauté que le nostalgique qui n'a plus touché à la série depuis plusieurs générations.

La mise à jour graphique est le premier point fort de ce nouvel opus : GameFreak s'est enfin décidé à innover un peu à cet égard. Si le résultat, dans l'absolu, n'est pas des plus impressionnant, il marque tout de même une sacré évolution face à la réalisation et à la direction artistique préhistoriques des générations précédentes. En plus d'être agréable à l'oeil, Pokémon X/Y paraît proposer des combats plus dynamiques, alors que tout n'est qu'une illusion bien réussie.

On sent également que Nintendo et GameFreak tirent particulièrement sur notre fibre nostalgique, par la mise en exergue de la toute première génération de Pokémon : nombre d'entre-eux peuvent être capturés (dont Evoli et les oiseaux légendaires et Mewtwo), on reçoit un des trois starters dès notre arrivée à la troisième ville, on peut capturer un Pikachu très tôt, etc. Cela ne serait pourtant pas rendre justice à cette sixième génération que d'ignorer la qualité globale du design des Pokémon qu'elle amène.

Autre nouveauté : l'intégration avec Pokémon Bank, un service qui permet d'extraire vos Pokémons de votre partie et de les sauvegarder dans le cloud, en vue de les récupérer plus tard ou de les transférer dans une autre partie / un autre jeu. Dommage que Nintendo n'ait pas assuré le suivi en rendant immédiatement compatible la septième génération (Sun et Moon) avec ce service.

Pour le reste, on retrouve le fonctionnement, les qualités et surtout les défauts classiques d'un Pokémon. J'ai néanmoins apprécié l'expérience et je pense que j'aurais difficilement pu remettre un aussi bon pied dans la série, là où Black&White 2 m'avait véritablement déçu. A voir si je me laisserai séduire par Sun et Moon un peu plus tard ; pour l'instant je reste en tout cas ouvert à l'idée.
Modifir un commentaire :
X
$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant
OK
46 active users (0 member, 46 guests, 0 anonymous member)
Legendra RPG V4.8.42 © Force 2019 - Legal Mention
Webmaster : Medion