bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

The Last Remnant > Articles > Review
Voir aussi

The Last Remnant

crpg xb360 europe
The Last Remnant
The First Quintessence ?
Longtemps attendu comme la nouvelle tuerie de Square Enix, The Last Remnant a vite douché l'enthousiasme général. A sa sortie, les critiques des magazines et des joueurs étaient majoritairement négatives, et je m'étais rangé à leur coté après quelques heures passées dessus, au travers de ma preview. Mais, ayant l'habitude d'être déçu par les débuts médiocres de RPG finalement plutôt bons, j'avais évité toute conclusion définitive et hâtive.
Grand bien m'en a pris, car ce The Last Remnant est finalement très loin d'être le mauvais jeu auquel nombre d'entre nous avons pensé avoir à faire après quelques heures.
Décryptage d'une déception plutôt sympa, démêlons le vrai du faux.

Ratage technique ?

Le point qui semble focaliser l'attention de tous les joueurs : la technique défaillante du jeu. Attardons-nous donc tout d'abord dessus.
On peut lire ici et là que le jeu rame beaucoup, que les textures mettent énormément de temps à apparaître, que les temps de chargement sont longs et que le jeu n'est globalement pas très beau.
Certains prétendent que ces défauts sont gommés par l'installation sur le disque dur.
Alors, verdict ?

Inutile d'y aller par quatre chemins, la plupart des défauts énoncés ci-dessus sont entièrement vrais. Dès le départ, le jeu souffre de grosses chutes de frame rate, l'Unreal Engine 3 semble encore poser de gros soucis aux développeurs japonais. Certains se souviennent sûrement des problèmes rencontrés sur Lost Odyssey. C'est bien pire ici. Si Lost Odyssey proposait des lags pas si fréquents et surtout moins nombreux au fil du temps, dans The Last Remnant on y a droit à chaque combat, chaque cinématique en temps réel, et ce, du début à la fin. Inutile de croire ceux qui vous expliqueront que l'installation sur le disque dur (aussi bénie soit-elle, finies les erreurs de lectures) règle le problème, c'est faux.
Quid de l'apparition tardive des textures ? Oui, oui, mille fois oui, et là encore l'installation sur le disque n'y change absolument rien. Certains rétorqueront que le problème avait déjà été rencontré dans Mass Effect, par exemple. C'est vrai, et ils ont raison, certes, mais ici c'est bien plus troublant, les combats peuvent durer plus d'une heure, et à chaque apparition en gros plan des personnages on revoit les textures revenir petit à petit. Parfois, en une heure, on est amené à voir le même personnage plus d'une trentaine de fois, je vous laisse imaginer le massacre...
Enfin, concernant les chargements, oui, ils sont longs, l'installation sur le disque dur ne fait qu'atténuer la durée, qui reste grande. De plus, certaines séquences intriguent, il arrive qu'il y ait un loading de 30 secondes, suivi de 10 secondes de cut scenes, puis un nouveau loading de 30 secondes... Le jeu est clairement mal fini et pas optimisé...

Cependant, tout n'est pas à jeter, la qualité de la 3D est bonne, les décors alternent le moyen et le très beau, les personnages sont vraiment bien modélisés (sauf la tête du héros, par moment vraiment laide), et les différents effets lors des attaques sont sublimes. Et que dire de certains monstres qui en imposent par leur taille démesurée et impressionnent dès le début du combat.
Si l'on excepte les problèmes de frame rate, l'animation des personnages est très bien rendue, souple, naturelle, et ce, quelle que soit leur taille. Enfin, lors de quelques passages, des décors entiers s'animent pour un rendu réellement impressionnant.

On ne peut nier la faiblesse de certains points techniques, et cela a de quoi en rebuter plus d'un, mais on ne peut pas tout jeter aux orties pour autant, il y a du bon, vraiment.
The Last Remnant
The Last Remnant
The Last Remnant

Gameplay stratégique ?

Le deuxième point fortement critiqué par les joueurs est le gameplay. Il faut bien le reconnaître, une bonne partie des fans de RPG commence à se lasser de voir inlassablement les mêmes systèmes de jeu (je n'en fais pas partie), c'est donc toujours avec optimisme qu'ils accueillent l'annonce d'un système original. Mais bien souvent, ils en oublient qu'originalité ne rime pas forcément avec qualité.
Ainsi, nombre de joueurs ayant touché à The Last Remnant expliquent que le système de jeu est très technique et incite à une gestion minutieuse.
Votre honneur, objection !

Loin du tour par tour classique, les développeurs ont voulu instaurer une dimension stratégique à l'ensemble, en mélangeant allègrement des éléments de stratégie et de tour par tour habituel. Honnêtement, si l'idée de base était intéressante, le résultat me laisse quelque peu perplexe.
Le jeu repose sur un système d'Unions, groupes de combattants (jusqu'à cinq) que l'on agence selon des formations prédéfinies (à trouver et débloquer tout au long du jeu), et dont les points de vie sont définis par l'ensemble de ceux des unités les composant. Lors des combats, on donne des directives non pas à ses combattants directement, mais à ses Unions. Ainsi, au sein d'une même grande bataille, ce sont des combats localisés entre Unions qui ont lieu. Au début de chaque tour, on choisit d'attaquer une autre Union à portée à l'aide d'attaques physiques ou magiques, de vite tuer les ennemis faibles d'une Union (si celle-ci ne meurt qu'une fois les points de vie totaux à zéro, on peut aussi tuer un seul combattant de l'Union, prenant ainsi moins de coups lorsqu'elle jouera), de se guérir ou bien encore de se booster, chaque action consommant des points d'action (AP).
On peut voir la position de toutes les Unions à l'aide d'un petit radar en haut de l'écran, et le placement joue un rôle prédominant. Attaquer une Union lointaine laisse la place à une interception par une Union adverse, attaquer une Union par le côté ou l'arrière procure des bonus à l'attaque, attaquer à distance permet de limiter les dégâts reçus...
Jusque-là, les bases du système paraissent plutôt sympas et très techniques.
Mais en pratique, ça devient vite incompréhensible durant les premières heures, le manuel étant ridiculement succinct, et le jeu dépourvu de tout tutoriel, un comble compte tenu de la complexité du gameplay...

Tout d'abord, le choix des actions semble aléatoire. D'un tour à l'autre, les actions changent, et selon l'Union visée à distance égale, elles varient encore. Pire, le nom des actions se trouve parfois en double, et le même nom ne mène par forcément au même résultat, la confusion prédomine au départ. Une fois l'action lancée, le résultat peut grandement varier, également. Lancer un soin ou une résurrection, ça paraît simple, mais entre un mauvais et un bon sort/objet de guérison/résurrection, il y a un monde, et l'on a pas la main dessus, on se contente de choisir ce que l'on nous propose, en regardant le détail de ce que va engendrer chaque choix grâce à la touche magique, même si les changements automatique en plein tour sont fréquents.
Et nous touchons là au problème essentiel du jeu, le manque de contrôle, qui se retrouve un peu partout (j'y reviendrai). De plus, si l'influence du placement semble à la base une bonne idée, le fait que l'on ne connaisse pas les futures actions adverses implique qu'il n'est pas rare d'être intercepté, et la mise en place de stratégie se révèle vite un gros foutoir insoluble.
Enfin, et ce n'est pas le point le moins important, le jeu intègre des attaques critiques et des invocations pour les personnages principaux de l'histoire. Inutile de préciser que leur puissance est énorme et peut changer la face d'un combat. Devinez quoi ? Encore une fois, on n'a aucun contrôle ! Ces commandes apparaissent selon le "moral" des troupes, moral que l'on ne peut pas influencer à sa guise, évidemment, et il m'est arrivé de ne pas les voir pendant des heures, avant d'en enchaîner subitement trois par combat.
Le résultat, c'est qu'un même combat peut être ridiculement facile ou incroyablement difficile selon les commandes proposées, sur lesquelles on n'a aucunement la main. Si la plupart du temps on reprend sans broncher - le jeu proposant la sauvegarde à tout moment - il en va autrement lors des combats cruciaux, qui impliquent parfois de jouer près de 2 heures sans pouvoir sauvegarder. Amis malchanceux, grincheux ou mauvais joueurs (comme moi, en somme), prévoyez des calmants (et évitez les manettes sans fil ça peut vite voler dans la tête du voisin) !
The Last Remnant
The Last Remnant
The Last Remnant

Epique

A côté, on peut tout de même influencer les combats un minimum. Tout d'abord, les ennemis sont visibles à l'écran et sur la carte (pour peu qu'on la possède, il faut généralement la trouver dans les lieux), et pour les affronter, soit on se fait prendre par surprise, et l'ennemi a la priorité, soit on déclenche une onde de choc pour entrer en combat. Cette onde est un grand cercle, et tout ennemi se trouvant dedans se retrouvera présent lors du combat. On peut ainsi facilement décider combien d'ennemis on souhaite affronter, à la manière d'un Blue Dragon. De plus, Rush, le héros, possède la capacité de ralentir le temps, qui peut servir à fuir sans risquer d'être pris au dépourvu, ou encore de bien se positionner pour attaquer le plus d'ennemis possible en même temps. L'intérêt ? Plus le nombre d'ennemis par combat est élevé, plus les récompenses à la fin sont intéressantes.
Permettant également de ne pas tout laisser au seul hasard, les attaques sont souvent précédées d'une sorte de QTE, à savoir appuyer sur le bouton qui s'affiche à l'écran dans le rythme adéquat. Le résultat ? Chaque réussite permet au combattant suivant du groupe de voir son action placée avant celle de l'ennemi, et ceci jusqu'au premier ratage. Un même tour peut donc grandement varier avec la réussite de ces actions, pas si facile à concrétiser avec le lag fréquent, qui casse le rythme.
Sachez également que le nombre d'ennemis vaincus dans un même lieu sans s'être fait attaquer par surprise est gardé en mémoire, appelé Chains (Kyrielles), et que l'évolution des personnages y est directement liée, le jeu intégrant une évolution par caractéristiques, à la manière d'un Saga, et non un système de niveau. On possède bien à coté un "Battle Rank" qui monte avec le nombre de combats, qui symbolise le nombre d'affrontements. Plus il est haut, plus les ennemis seront forts. Mais maintenir un BR faible pour avoir des ennemis plus simple n'est pas forcément la stratégie idéale, les gains de stats et techniques étant un facteur clé.

On pourrait penser que le côté aléatoire du jeu est donc un peu contrebalancé, mais non, il n'était question ici que des combats !
On se retrouve face au même problème dans presque tous les compartiments du jeu.
Premier point, et non des moindres, l'équipement. Bien que l'on puisse avoir jusqu'à 10 leaders et 18 troupes à la fois, à recruter dans les villes (guildes et places centrales), on ne peut changer que l'équipement de Rush. Concernant les autres membres, ils font évoluer leur équipement en demandant des objets obtenus à la fin d'un combat ou possédés dans l'inventaire. Sur la carte du monde ou des villes (chaque ville est séparée en plusieurs districts, accessibles via une carte), les alliés demanderont souvent à aller chercher des objets précis ou à sortir s'entraîner. Une demande d'entrainement signifie que l'allié possède de quoi évoluer ses armes, quand une demande d'objets précise de quel objet il a besoin pour l'évolution en question. Des heures de bonheur pour obtenir une nouvelle, mais croyez-moi, on devient vite drogué de ces recherches, tant le résultat est intéressant, dans le visuel et les dégâts. Les demandes peuvent aussi concerner l'orientation d'apprentissage (attaque, magie, mixe), ou directement les techniques elles-mêmes.
Mais les équipements dans l'inventaire peuvent également directement être réclamés. Hélas, là encore, il semble que ça se passe "au petit bonheur la chance", et il m'est arrivé d'acheter des dizaines d'objets sans qu'aucune troupe ne les réclame. Une bonne façon de perdre inutilement son argent, en somme. Par effet de ricochet, cela rend aussi assez inutile la création d'objets non destinés au héros, dans la mesure où l'on ne sait même pas si cela va vraiment servir...

Enfin, le jeu incorpore des quêtes de chasse. Si prendre de longues minutes à chercher un monstre dans un lieu ne m'a à la base jamais emballé (la guilde indique le lieu, heureusement), passer des minutes entières (heures, parfois) à le chercher, sachant que sa présence est aléatoire peut se révéler incroyablement frustrant et pénible. Dommage, car ces gros affrontements sont souvent dantesques, durs, et possèdent une dimension épique certaine.
The Last Remnant
The Last Remnant
The Last Remnant

Un jeu un peu vide ?

Dernier point régulièrement énoncé par les joueurs déçus, la mauvaise qualité de la mise en scène, du scénario, et plus globalement le manque de profondeur du jeu.

En ce qui concerne la mise en scène, je ne suis pas entièrement convaincu par sa supposée "mollesse". Certes, les premières cut scenes sont assez médiocres, et font craindre le pire. Mais, le jeu avançant, on a droit à quelques scènes de très grandes classes, à la mise en scène parfaite, lors desquelles on stresse autant que les personnages concernés. Certes, ces scènes sont peu nombreuses, mais peu de jeux peuvent se targuer d'en posséder d'une telle intensité, et on est bien au-dessus des scènes catastrophiques d'Infinite Undiscovery, pour ne citer que le plus mauvais élève récent.
En ce qui concerne le scénario, oui, il faut bien l'admettre, il manque clairement de profondeur. Est-ce voulu, est-ce par manque de temps ? Toujours est-il qu'il semble sous exploité, ambitieux au départ et très convenu au final, presque trop superficiel.
Le monde dominé par les hommes se servant des grandes "reliques" portant le doux nom de "Remnants" permettait vraiment d'entrevoir une histoire plus riche, d'autant que l'insupportable héros (Rush Sykes) évolue vraiment bien au cours du jeu et le mystérieux vilain (The Conqueror) en impose vraiment à chaque apparition, mais... Je suis tombé sur le boss final et la fin du jeu en pensant faire une quête annexe, et rien jusqu'à ce combat ne me faisait penser que je me trouvais à la fin du jeu... (seuls les personnages et la musique m'ont permis de me douter que quelque chose était louche). Un grand sentiment d'inachevé, de sous-exploitation.

En ce qui concerne le jeu en lui même, je ne saisis pas les attaques régulièrement lues quant aux faibles possibilités. Certes, il y a finalement assez peu de lieux obligatoires, et on peut trouver la quête principale un peu légère, qui prend entre 40 et 50 heures en ligne droite selon la chance de chacun, mais ce serait oublier tous les à-cotés.
Les nombreuses quêtes annexes de la guilde (chasse de monstres, récupération d'objet) et des villageois (certains rejoindront même votre équipe) peuvent occuper de très longues heures le joueur qui aime ça. De même, le système de création d'objets, sans être très utile, occupera longuement les joueurs désireux d'explorer le jeu à fond. Trouver les ingrédients nécessaires peut prendre énormément de temps, via l'extraction de ressources avec sa petite taupe et le démantèlement des monstres capturés en ressources.

Enfin, apprendre toutes les compétences au héros est très long, il faut utiliser tous les styles de combat et d'armes pour y parvenir, des armes légères dans chaque main aux grosses utilisant les deux mains, et l'obtention de toutes les formations n'est pas aisée, bon courage !
The Last Remnant
The Last Remnant
The Last Remnant

Des défauts rédhibitoires ?

Pour les courageux ayant lu jusqu'ici, la note que j'ai accordée au jeu va peut-être paraître difficile à comprendre.
Certes, j'ai énoncé beaucoup de défauts. Mais le plaisir pris sur un RPG n'est pas juste la somme des qualités de chacune de ses composantes.
The Last Remnant possède un charme qui a opéré sur moi, de façon presque inexplicable. Pendant deux semaines, je n'ai pu lâcher la manette, friand de ces affrontement énormes, difficiles, qui peuvent prendre de très longues minutes, et ce, même s'ils peuvent se révéler diablement frustrants selon les commandes disponibles. Le fait de pouvoir monter une vingtaine de personnages en même temps (18 pour être précis), est un point qui a sûrement joué là-dedans également. Et, si le côté aléatoire est très présent lors des combats contre les boss, souvent entourés de nombreux groupes de petits ennemis empêchant de vraiment se placer comme on le souhaite, les énormes monstres de quêtes sont eux bien souvent seuls, atténuant quelque peu cet aspect. Sinon, l'idée de pouvoir sortir d'un district vers la carte de la ville ou de la carte de ville vers la carte du monde par pression d'un simple bouton, j'adore, j'espère que ce sera repris régulièrement.
Le charme opère également par l'ambiance du jeu, finalement assez proche de celle de Final Fantasy 12, toute proportion gardée, dont il reprend d'ailleurs nombre de mécanismes, et la structure des lieux, alternant plaines/lieux avec couloirs sans énigmes. Attention cependant, si la similarité est frappante, les lieux sont bien plus petits et on n'a aucunement le superbe sentiment d'exploration que l'on ressentait dans les plaines de FF12 s'étendant à perte de vue. Autre différence de taille, certaines scènes sont assez violentes, et tout comme lors des combats, les gerbes de sang explosent à l'écran.

De surcroît, les combats, malgré les énormes chutes de frame rate, sont superbement mis en scènes. Zooms et ralentis floutés sur les bords lors des grosses attaques de corps à corps, vue lointaine pour les magies de zone, attaques spéciales magnifiques, il y a indéniablement du bon à reprendre pour les futures production de la génération.
Enfin, la bande-son moyenne du début gagne en intensité et en qualité, et finit par proposer des thèmes dignes d'un Sakuraba en grande forme. Pour être honnête, certains m'ont tellement fait penser à ceux du maître que j'ai vérifié plusieurs fois qu'il n'était vraiment pas dans le staff du jeu. Une alternance de musiques épiques avec des cœurs et de J-rock bien entrainant, Tsuyoshi Sekito confirme tout son talent !

Et, de manière un peu irrationnelle, l'ennui du début s'est transformé en accrochage total, à tel point que je vais continuer de jouer après avoir fini le jeu, chose assez rare pour ma part, et la grosse soixantaine d'heures passées dessus jusqu'à présent pour le boucler (à la louche, le jeu ne propose pas de compteur, Game Over inclus) pourrait bien monter jusqu'à la centaine !
Mais, il faut bien garder à l'esprit que beaucoup d'entre vous seront trop déçus par les nombreux défauts pour avoir une chance d'accrocher, c'est typiquement le genre de jeux qui peut autant passionner que dégoûter.
The Last Remnant
The Last Remnant
The Last Remnant
The Last Remnant est déroutant, et pourra décevoir. Incroyablement riche et complet, le jeu nécessite un long temps d'apprentissage, pour révéler toutes ses subtilités, la faute à un manuel qui n'explique presque rien et à une absence de tutoriaux. Malgré les problèmes technique et de gameplay (coté aléatoire trop poussé), il possède un coté addictif incroyable, et livrera sa substantifique moelle à quiconque sera prêt à fournir l'effort nécessaire, pour peu qu'il accroche et soit prêt à se laisser entrainé plus d'une centaine d'heures bercées par une bande-son fantastique.
Probablement le jeu le plus ambitieux de la génération jusqu'à présent, peut-être aussi le plus envoutant à mon sens, mais il y a fort à parier qu'il divisera les foules, tant il est atypique.

10/12/2008
  • Certains combats sont dantesques
  • Les nombreuses possibilités
  • La mise en scène des combats
  • Casting plutôt convaincant
  • La bande son
  • Lacunes techniques
  • Gameplay trop aléatoire
  • Absence de compteur
7

GRAPHICS 3/5
SOUND/MUSIC 4/5
STORY 3.5/5
LENGTH 5/5
GAMEPLAY 3.5/5
The Last Remnant > Commentaires :

The Last Remnant

7
7

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
voir aussi Commentaires and [0] ios [0] play3 [0] xb360 [19]
10 commentaires sur PC
Sphynx

le 10/07/2019
8_5
The Last Remnant est un jeu intéressant par bien des aspects dont j'attendais beaucoup, mais qui déçoit sur un point central : le game design !

Le titre est réussi sur de nombreux points comme la profonde richesse de son univers et de son gameplay, qui s'exprime notamment dans un système de combat diablement dynamique et grisant par moment. Malgré une certaine naïveté, l'histoire reste intéressante et joue sur une fibre épique qui plaira à l'amateur des gros RPG Square Enix. C'est beau et bien rythmé (au moins sur la version PC), et le titre propose un très grand nombre de quêtes annexes à réaliser en parallèle de l'histoire principale pour les joueurs qui souhaiteraient faire durer le plaisir. La durée de vie est conséquente. On sent aussi beaucoup de bonnes idées d'une façon générale qui sont testées ici et là (la progression des personnages, l'upgrade des équipements, etc.), mais qui souvent ne sont pas abouties.

Mais le choix des designers d'accorder une place centrale à l'aléatoire donne aussi par moment un résultat catastrophique. Absolument tout est aléatoire ici, jusqu'au commande dans les combats, et les combats donnent souvent l'impression d'un coin flip sur lequel on peut se manger par exemple une défaite amère après 20 tours au simple motif qu'on ne veut pas nous proposer la possibilité de nous soigner. Je me demande à quel moment les designers ont pensé que ce serait une bonne idée. Se reposer sur un aléatoire excessif, c'est priver le joueur de tout choix stratégique et c'est selon moi une terrible erreur de jugement. Un choix qui parfois m'a profondément fait haïr le titre malgré ses nombreuses autres qualités. Il y a par ailleurs d'autres grosses erreurs de game design qui empêchent le jeu d'atteindre une note plus élevée. Notamment le fait que les mécaniques du jeu sont riches mais pour l'essentiel implicites, ce qui fait que pendant le plus claire de l'histoire on passe complètement à côté de points pourtant fondamentaux. Un tutoriel manque cruellement, et ça se cumule à la frustration créée par les problèmes d'aléatoire.

Bref, le jeu est très bon mais aussi très frustrant. On ne peut que reconnaître ses nombreux mérites, mais aussi être déçu par un game design catastrophique qui l'empêche d'atteindre les sommets du genre. Déception donc !


+ La richesse de l'univers et du gameplay
+ Le dynamisme des combats
+ Une histoire et une mise en scène épique
+ Plein de bonnes idées

- Un game design catastrophique
- L'aléatoire beaucoup trop présent
- Trop d'éléments de gameplay non-explicites
- Des donjons aux décors souvent vides
Pwyll

le 14/05/2017
10
Une pépite inachevée. The Last Remnant a tout d'un chef d'oeuvre mais il souffre d'un scénario décousu et les révélations de fin scotchent autant qu'on aimerait en savoir plus...
Cependant le jeu est bourré d'idées fabuleuses, à commencer par son système de combat qui est devenu ma nouvelle référence ! D'ailleurs, une fois qu'on débloque les compétences ultimes de certains personnages, les combats deviennent jouissif au possible ! Les personnages sont tous excellents. Avoir un héros qui pour une fois ne court pas après sa kekette fait du bien. Enfin, les quêtes pour recruter divers personnages sont excellentes. Bref, un excellent jeu qui mérite d'être reconnu.
Yaone

le 10/02/2017
9
J'étais tellement à fond dans le jeu que la fin est arrivée trop vite...
Les personnages sont cool et nombreux, l'histoire m'a plu, bien que pas assez développée à mon goût, les musiques sont vraiment bien, l'univers du jeu est grandiose avec ses missions annexes bien scénarisées pour la plupart et surtout les cinématiques qui déboîtent ! *-*
Et ce système de combat... J'étais perdue au tout début, mais ça devient vite jouissif une fois qu'on commence à comprendre comment ça marche, et tendu dans les combats ardus (certains m'ont donné des sueurs froides). Bref, j'ai adhéré ! Dommage qu'on ne puisse mettre que 18 personnages sur le terrain alors qu'on peut en avoir beaucoup plus.
Mais franchement, ils auraient pu développer un peu plus l'histoire, j'en aurais bien redemandé moi.
Alban

le 22/10/2011
9
Pratiquement le même que sur Xbox (360) sauf que :
- c'est plus rapide (il y a une option turbo dans les combats, ça déboite !) ; les fouilles de Joe sont plus rapides aussi et je trouve les lags moins présents sur la version pc.
- Autant de leaders qu'on veut, ça a beaucoup d'avantage et quelques inconvénients (maudits évanouissements).

Et j'en passe.
A faire si on a fait la version Xbox et sur laquelle on se disait que ça n'était pas une version totalement terminée ... !
Ribo

le 04/02/2011
Edité le 14/02/2012
10
+ Les quêtes annexes (même si c'est des chasses bien emballées)
+ La "liberté" de nos coéquipiers (ils sont idiots, mais ne s'occuper que de son équipement c'est cool)
+ Quelques personnages cools
+ Combats assez joussifs
+ Le mode turbo pour les combats sans intérêt
+ Système de combat, pas trop trop optimisé, mais ya de la bonne idée
+ Univers réussi
+ OST correct
+ La save auto (un truc de lavette, mais qui m'a sauvé quelques fois)

- Initiative assez incompréhensible (je pense secrètement que c'est un concours de "tu me tiens par la barbichette")
- Les cutscenes scriptées montées à l'arrache
- Pas de liens entre les zones
- Une histoire qui passe bien mais qui est raconté à la va vite par un élève de CM2.
Bao

le 25/03/2010
Edité le 11/07/2010
8
Après un premier essai peu concluant – rageant et frustrant en fait- y’a bien un an, j'ai repris, et fini The Last Remnant. Cette fois, en préparant le terrain via l’utilisation de nombreuses FAQs, au final quelque chose de presque indispensable vu la grande quantité d’informations et de subtilités peu ou pas expliquées.

J’ai trouvé l’histoire du jeu très peu engageante : bateau au départ, monte crescendo durant l'aventure en soulevant questions et interrogations durant la première partie... pour au final rien car tout est expédié dans la seconde, fin incluse. Mais elle dispose au moins d'une mise en scène du tonnerre (le combat Conqueror / Emma !) et de batailles dantesques (Les Seven ! Ou certains monstres de missions très ardus) pour réussir à retenir l’attention. Même punition pour les personnages, pourtant très classieux et soignés, car hormis deux-trois protagonistes, aucun ne sort vraiment du casting creux et sous développé du jeu. Même le héros ne m’a fait ni chaud ni froid.

C’est plus du côté du monde de TLR que j’ai pris mon pied. Il est super bien construit, très vaste (y’a un nombre énorme et diversifié de lieux à visiter), avec sa propre histoire, ses règles, ses mythes, ses légendes. Esthétiquement parlant, le jeu à une identité visuelle vraiment unique, que j’ai trouvé sublime sous tous les angles : les villes, les lieux, les Remnants, les monstres (même si les développeurs ont cédés à la facilité, au final on voit à peine une quinzaine d’espèces différentes et du re-skin à gogo, ça fait un peu tâche vu la grandeur du monde), les compagnons, les armes, bref tout ! Le chara-design notamment, que j’ai apprécié dans sa totalité, et pourtant il y a un nombre énorme de personnages a rencontrer et / ou à recruter durant le jeu (grand dilemme d’ailleurs, on ne peut avoir que 50 compagnons maximum, dont 18 sur le terrain…). A ça se rajoute les Guildes, occasions de faire un paquet de missions annexes qui baladent aux quatres coins du monde, tout comme les quêtes. Musicalement aussi c’est très bon, ça sonne bon aux oreilles du début à la fin, voir même plus que bien (certaines musiques de combat sont géniales).

Bien aimé le système de combat original également, bien nerveux et jouissif avec de bonnes idées, malgré un côté aléatoire assez lourd, qui fait que j’ai constamment eu l’impression de jamais avoir un contrôle total sur mes unités – exemple simple, voir ses unions bloquées à des actions à 7 PA alors que les barres sont aux max, chose un peu incompréhensible et qui prolonge inutilement les affrontements. Côté aléatoire qui mine également la difficulté du soft, on se retrouve parfois à voir ses unions éclatées en 10s par un groupe d’ennemis similaire à celui écrasé trois pas plus tôt. Ok la part d’aléatoire c’est normal pour donner une certaine teneur aux affrontements, mais la c’est peu nawak. Et en parlant d’unions, j’ai trouvé le principe très bon dans son idée et son application, c’est vite prenant de customiser sa petite armée.

En vrac, d’autres trucs que j’ai également trouvé frustrants :

- Le lien Battle Rank / Stats bien étriqué. Car les stats ne suivent pas forcement la difficulté progressive du jeu (ce qui m’étais arrivé dans ma 1ère partie). J’ai eu recours au low BR run, mais c’est quand même un peu dérangeant de fuir 75 % du jeu pour s’assurer une montée en puissance correcte par la suite (d’autant qu’on récupère certaines unités que très loin dans le jeu).

- Les loadings constants (même pas un quelconque souci d’optimisation durant le portage sur PC), transformant parfois les missions ou quêtes en vrais calvaires.

- Dans le même ordre d'idée, les chargements tardifs de textures.

- La relative « débilité » des alliés lors des upgrades : il faut OBLIGATOIREMENT dropper les items. T’as beau en avoir 99 en stock, non, faut dropper, sans même en connaître le nombre.

- L’aléatoire encore, cette fois avec les spawn des monstres, notamment les rares ; à coupler avec les loadings, des combats aléatoires parfois longs, des critères particuliers de spawn, et des lieux d’apparitions généralement le plus à l’opposé du point de départ ; c’est presque dépressif passé les 50 premiers allers-retours.

Bref j'ai pris beaucoup de plaisir avec ce jeu (quoiqu'un peu de lassitude sur la fin), malgré un goût amer d'inachevé et de frustration dans la bouche. Un peu plus de finition de la part de Square Enix ça aurait pu donner un jeu ultime, là je dirais qu'il est juste bon
Fei

le 11/12/2009
8
+ Un système de combat très largement amélioré par rapport à la version 360 permettant un plus grand contrôle de ce qui se passe en combat
+ Des personnages réussis
+ Des annexes par centaine
+ Les musiques
+ Chara design
+ Grosse durée de vie
+ Possibilité de boost la vitesse du jeu pour les pressés !
+ De nouveaux personnages jouables dont surtout les 7 !
+ Graphismes enfin optimisés

+- Une histoire riche mais effacée par les très longs combats et la multitude de quêtes annexes

- Pas mal de subtilités totalement inexpliquées, obligé d'avoir recours à une FAQ pour comprendre certains aspects

Riskbreaker

le 11/09/2009
8
Le jeu promettait de belles choses sur 360. Une histoire qui débutait vraiment bien, un univers riche, des personnages très réussis et un système de combat vraiment addictif. Seulement tout cela se voyait gâché par une technique à la ramasse et de trop nombreux points obscurs dus au fait qu'aucun tutoriel ne nous aide en cours de partie. Ajoutez à cela une lenteur sans nom lors des combats et vous comprendrez que j'ai arrête ma partie sur ce support pourtant adapté.

Et pourtant, ce goût d'inachevé nous pousse à replonger dans la version PC. Une version expurgée de tous les défauts cités ci-dessus et où de nombreux éléments ont été ajoutés pour enrichir l'expérience de jeu. Je ne louerai jamais assez la possibilité de mettre un turbo lors des combats permettant d'enchainer enfin de nombreux links de mobs sans rester 1h devant son écran.

Alors avec un scénario réussi bien que manquant de développement (on aurait bien plus de rebondissements) et une mise en scène vraiment travaillée (lors des cut-scènes uniquement), et ben, on adhère à mort, on se lance corps et âme dans les quêtes et on prend très vite compte de la richesse incroyable que nous propose le soft. Des quêtes en veux-tu en voilà (quêtes + guilde), des monstres rares, un nombre de personnages à recruter ahurissant et une profondeur de gameplay au niveau des combats rarement atteinte. Malheureusement, le jeu ne pardonne pas et si on est pas armé d'une faq en marge de sa partie, on passe très vite à côté de nombreux points importants. Ajoutez à cela le côté aléatoire du soft qui dérange quelques fois (genre vous éclatez tout le monde depuis 2h sans aucun soucis, et PAM, un combat, game over en 2 tours. Vous reprenez illico votre partie et hop, vous passez ce combat sans soucis. Allez comprendre...) et vous comprendrez d'où vient le point en moins.

Bref, un RPG exigeant, difficile comme il faut, mais avec une profondeur de gameplay comme on aimerait en voir plus souvent. Mention spéciale à certains combats qui frisent la démence !
devildestinyman

le 18/08/2009
Edité le 18/08/2009
Bin a vrai dire moi j'hésite à le prendre en attente de la version PS3 comme pour SO4 mais je ne sais pas si je fais bien remarque il sera moins cher au pire ...

Edit admin : pas de note quand on a pas joué
Luckra

le 25/07/2009
9
Une excellente surprise.

Pour me faire une idée, j'ai voulu tester la démo avant la sortie du jeu. Et là ce fut le drame : framerate à la ramasse, textures mettant 3h à venir, on est téléporté dans le jeu à un moment avancé sans tutoriel, ni indications et une équipe de 10. Je n'étais pas du tout enclin à acheter le jeu après cette mauvaise expérience .
Puis, sous la pression d'administrateurs que je ne citerais pas , j'ai essayé le jeu une fois la version finale sortie. Et là ce fut le bonheur, animation et modélisation magnifiques (bien que certains décors meriteraient d'être moins statique), techniquement irréprochable, musiques très bonnes avec quelques perles, système de combat original et gameplay très addictif.
Il reste néanmoins 2 gros points qui viennent entacher le jeu :
- l'aléatoire beaucoup trop pesant durant tout le jeu, un même combat peut tourner au massacre de l'ennemi avec les bonnes options qui sortent mais peut aussi virer à l'annihilation totale de l'équipe et un joli game over très rapidement . On n'a qu'un controle global sur nos unités et certains fights assez difficiles demanderont de reloader la partie de nombreuses fois pour avoir les bonnes options avant d'en sortir vainqueur.
- l'histoire est prometteuse mais au final très classique, il n'y a pas de surprises. C'est dommage car la mise en scène est divine et le doublage excellent. De plus les personnages n'ont aucun background, on aurait aimé en savoir plus sur eux.

Au final, un très bon RPG, très addictif. J'attends une suite avec tous ces problèmes corrigés .