bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

The Elder Scrolls V: Skyrim > Articles > Review
Voir aussi

The Elder Scrolls V: Skyrim

arpg xb360 europe
The Elder Scrolls V: Skyrim
Plus près du ciel
Cinq ans d'attente, cinq longues années depuis la sortie d'Oblivion, quatrième épisode de la série phare du RPG occidental The Elder Scrolls, démarrée il y a maintenant quatorze ans avec Arena, et qui résiste au temps de façon brillante. The Elder Scrolls V: Skyrim arrive donc avec la lourde tâche de mettre fin à une longue attente, mais aussi de reconquérir une partie du public perdu en chemin, après un quatrième épisode qui a divisé les joueurs - malgré des qualités évidentes - en tendant vers plus d'accessibilité.
Pari réussi pour Bethesda ?

Tamriel à nouveau dans la tourmente

Deux cents ans se sont écoulés depuis les sombres événements narrés dans The Elder Scrolls IV: Oblivion. Le continent de Tamriel vivait alors une période trouble sous l'impulsion du prince daedrique Mehrunes Dagon - les daedra étant des créatures divines et malfaisantes dans la série - qui tentait de renverser le pouvoir en place. Des portes d'Oblivion reliant la dimension daedrique d'Oblivion au plan où vivent les créatures mortelles (Mundus) apparaissaient aux quatre coins de la province de Cyrodiil, et permettaient aux daedra de fouler ces terres dont ils voulaient tant prendre possession. Grâce aux efforts conjugués d'un prisonnier appelé à devenir héros (le joueur, en somme) et de Martin Septim, dernier survivant de la longue dynastie éponyme, Mehrunes Dagon fut banni et la menace repoussée. Mais ceci eut un prix : la vie de Martin Septim ; l'Empire se retrouva ainsi pour la première fois depuis bien longtemps sans héritier légitime. La fin de la troisième ère de Tamriel.

Changement de cadre et d'époque : nous voici dans la province nordique de Skyrim (Bordeciel dans la version française), balayée par des vents glacés et continuellement enneigée, que les joueurs ont déjà pu parcourir dans Arena. Jadis centre politique de Tamriel, elle a perdu de sa superbe et de son influence pour ne devenir qu'une simple province au sein de l'Empire. Ce dernier fait la chasse aux résistants nordiques, et c'est lors d'une exécution que prend place l'introduction du jeu. La hache du bourreau semble décider à faire rouler la tête du héros que vous aurez alors façonné de façon plutôt complète, sans que l'on ne sache vraiment pourquoi. C'est alors que l'impensable se produit : un dragon - créature censée avoir disparu depuis bien longtemps de Tamriel - vient pourfendre le ciel et réduire en cendre la ville. Profitant de la confusion et du chaos engendrés, notre héros peut fuir, et peut à loisir se joindre aux rebelles survivants ou aux gardes impériaux.
Quel que soit le camp choisi, il faudra faire la lumière sur le mystérieux retour des dragons, et apprendre à maitriser le langage des dragons pour les combattre. Car à l'instar des anciens empereurs, notre héros est un dragonborn, ces mortels nés avec l’âme et le sang d'un dragon !
The Elder Scrolls V: Skyrim
The Elder Scrolls V: Skyrim
The Elder Scrolls V: Skyrim

Free Will

La fin du prologue nous laisse plein de questions en tête et de choix à effectuer. Mais aussi intéressant et intriguant que peut l'être le pitch de départ, Skyrim reste un Elder Scrolls, et le scénario principal ne servira que de ligne directrice au joueur.
Non, ce qui fait la substantifique moelle du jeu, c'est son monde vivant, incroyablement riche avec ses centaines de lieux et PNJ, nous faisant découvrir de nouvelles choses à chaque détour. Chaque dialogue, chaque lieu, chaque livre est l'occasion d'en apprendre un peu plus sur le background de Tamriel, ses conflits et ses luttes d'influence, son évolution depuis la fin de la troisième ère, les nombreux liens avec les anciens opus, mais aussi de découvrir de nouvelles quêtes. Car de quêtes, Skyrim n'en manque résolument pas. Que ce soit de simples objectifs de récoltes, de découpage de monstres, de grandes aventures à travers la contrée, de successions d'énigmes et de puzzles plus ou moins complexes, ou encore de missions pour le compte de l'une des nombreuses guildes du jeu (que l'on peut rejoindre presque sans limitations), le contenu du jeu est incroyable, et pourrait presque perdre et intimider le joueur peu habitué à pareille richesse et surtout liberté, car débuter une quête n'implique pas de la finir dans la foulée ; le jeu nous laisse seul maitre d'une aventure que l'on vit à notre guise, et servie par une qualité d'écriture remarquable.

"Presque perdre le joueur", car Skyrim a su se doter d'une ergonomie qui frôle le sans-faute. Chaque quête est répertoriée dans un journal qui nous permet notamment de resituer le contexte et de voir les étapes déjà réalisées, mais surtout d'afficher sur la carte la position de l'étape en cours ! Ainsi, finies les prises tête pour se souvenir d'une quête entamée 10 jours avant, ou les petites notes sur le dos d'un prospectus de pizzeria ou sur le premier rouleau de papier hygiénique qui traine pour se donner l'illusion qu'on ne se perdra pas en chemin (car admettons-le, ce n'est pas très efficace, surtout si une femme mal intentionnée passe faire le ménage entre-temps). La carte du monde est elle aussi particulièrement lisible, et pendant l'exploration un petit bandeau affiche tous les lieux proches. Les dialogues ne sont pas en reste, et donnent maintenant droit à de véritables répliques complètes, et à une souplesse accrue qui permet de partir en plein milieu si on le désire. Certes, le système n'est pas aussi poussé que celui d'un Mass Effect, mais l'ambition n'est pas la même.

Bref, ce qui fait la force du jeu, c'est avant tout sa richesse, son sens du détail et sa liberté presque totale, qui permet d'aborder les situations sous des angles aussi multiples que variés.
Mais cette liberté a malheureusement un prix : le jeu souffre de bugs et d'incohérences parfois bloquants, plus ou moins nombreux selon le joueur (je n'ai presque pas été touché).
The Elder Scrolls V: Skyrim
The Elder Scrolls V: Skyrim
The Elder Scrolls V: Skyrim

Au-delà du réel

Avec plus de trois longues années de développement, Skyrim portait les promesses d'une nouvelle claque technique, comme avaient su si bien le faire ses glorieux ainés. Mais dès les premières minutes, on comprend que le moteur ne semble être qu'une upgrade de celui vieillissant d'Oblivion : modélisations pas toujours exemplaires, textures parfois bien baveuses et animations manquant un peu de naturel et de souplesse, le jeu ne sera pas la nouvelle référence technique de la génération, loin s'en faut.
Pourtant, à y regarder de plus près, les améliorations sont nombreuses. Les PNJ ressemblent enfin à quelque chose et sont uniques, la profondeur de champ est nettement plus importante, les décors bien plus détaillés même au loin, les conditions climatiques parfaitement rendues, et les différents effets lumineux saisissants. Il faut surtout souligner une direction artistique parfaite, des environnements bien plus variés et des détails qui fourmillent par milliers.
Se promener le long d'une falaise escarpée sous un clair de lune mélancolique, s'aventurer au sein d'une immense cité souterraine abandonnée depuis des décennies dans une ambiance surréaliste, grimper sous une tempête de neige jusqu'au sommet d'un pic avant d'y effectuer un combat épique contre un dragon, remonter sous un soleil de plomb toute une rivière entourée de forêt à la nage avant d'atteindre une cascade acérée, s'infiltrer dans un temple pour dérober les moindres objets qui trainent dans la poussière, ou encore se perdre dans une banquise balayée par le blizzard afin de trouver une épave échouée sous les eaux glacées, tant de situations qui donne à Skyrim toute sa saveur et son potentiel immersif immense.
En résulte une envie inexplicable et incontrôlable à se laisser aller des heures durant à flâner sans but précis, mais toujours à la merci d'un événement inopiné ou d'une attaque surprise de dragon.

Mais n'allez pas croire pour autant que ce mélange de forts moyenâgeux, de ruines mécaniques, de catacombes primitives et de villes plus ou moins cosmopolites est désordonné. L’ensemble est d'une cohérence simplement parfaite, qui retranscrit à merveille la maîtrise et la justesse de Bethesda.
The Elder Scrolls V: Skyrim
The Elder Scrolls V: Skyrim
The Elder Scrolls V: Skyrim

Deux mains valent mieux qu'une

Skyrim est une synthèse parfaite entre tradition et innovation.
Son gameplay n'y échappe pas, et si l'on retrouve toujours les typiques affrontements temps réels de la série, Skyrim s'affranchit de nombre de conventions pour proposer une expérience totalement nouvelle. Pour commencer, la vue à la troisième personne est de retour, mais est cette fois-ci bien plus convaincante et offre une réelle alternative à l'immuable vue subjective de la série. Plus important, le système de jeu a été totalement refondu. Les traditionnelles classes formatées laissent place à un système plus souple articulé autour de seize compétences que l'on améliore avec l'utilisation. À noter qu'en outre, chaque race confère un bonus qui lui est propre.
À chaque niveau passé (après avoir monté un certain nombre de compétences), on pourra augmenter ses points de vie, de magie ou d'endurance, mais surtout choisir un "perk" dans une compétence, en fonction de l'évolution de celle-ci, ce qui permet d'améliorer sensiblement sa maitrise ou de débloquer de nouvelles aptitudes. Et c'est là toute la force du système, on n'est plus restreint dans la progression de son personnage, on en est totalement maitre. Être un guerrier violent maitrisant parfaitement la création de potions savantes, un mage se déplaçant en armure lourde ou un voleur utilisant aussi bien ses dagues que des incantations, rien n'est impossible. Et surtout pas de se tenir à ce qu'une classe aurait uniquement permis, pour les adeptes du roleplay extrême. Les possibilités en dehors des joutes sanguinaires sont au final très nombreuses, entre la forge d'armes et armures, l'enchantement d'objets, la création de potions, le vol à la tire, le crochetage de serrures (avec un nouveau système excellent), la persuasion par la parole, ou encore la préparation de plats aux petits oignons. Sans oublier la possibilité d'acheter une maison pour stocker les nombreux objets glanés en chemin, mais surtout - c'est nouveau - de se marier avec la femme de ses rêves. Les prétendantes sont nombreuses, vive les jeux vidéos.

Les combats ne sont pas en reste, et introduisent désormais des coups critiques superbement retranscrits à l'écran, et la gestion des deux mains de façon indépendante. Libre à vous d'associer une arme avec une magie ou un bouclier, d'utiliser un arc pour entamer un combat à distance, ou d'utiliser deux magies : différentes pour se compléter, ou identiques pour en augmenter l'efficacité. Pour être honnête, on peut encore s'en sortir en jouant sans finesse ni technique dans les modes de difficulté normaux, mais les nombreuses variantes donnent vraiment envie de tenter des approches très diverses.
À l'aide des âmes de dragon vaincus, on peut apprendre différents cris qu'il faut découvrir au préalable, ceux-ci complétant le système traditionnel de magies. Le temps de récupération entre deux utilisations est très important, mais leur efficacité est indéniable. Ajoutez à cela des pierres magiques réparties sur tout le territoire qui confèrent chacune différents bonus (non cumulables) ainsi que la possibilité d'emmener avec soi un compagnon, et vous obtenez un système riche, complet et parfaitement calibré.

À noter que le jeu est parfaitement jouable au pad X360, même s'il nécessite un petit temps d'adaptation.
The Elder Scrolls V: Skyrim
The Elder Scrolls V: Skyrim
The Elder Scrolls V: Skyrim

Musicalement vôtre

Comment pourrait-on clore cette apologie de Skyrim sans évoquer les compositions musicales (une nouvelle fois) sublimes signées (une nouvelle fois) Jeremy Soule ?
Articulée autour d'un thème principal puissant et exceptionnel, la bande son soutient à merveille le jeu en toute circonstance. Épique à souhait, elle évoque régulièrement les sublimes compositions d'Howard Shore sur les films Le Seigneur des Anneaux lorsqu'elle accompagne les explorations. Talon d'Achille de la série, les musiques de combats ne sont pour une fois pas en reste, avec quelques pistes nerveuses qui auront le dont de mettre dans l'ambiance et de stresser lors de bataille particulièrement difficile. Bien sur, la notion de difficulté est ici toute relative, puisqu'elle dépendra grandement de la façon de jouer et du réglage dans les options, que l'on peut changer à tout instant.
Aucune fausse note non plus en ce qui concerne les doublages, très convaincants et surtout systématiques, le jeu étant intégralement doublé. Quand on parle d'immersion...

The Elder Scrolls V: Skyrim
The Elder Scrolls V: Skyrim
The Elder Scrolls V: Skyrim
Libre, prenant, immersif, planant, intelligent, on manque de superlatifs pour décrire Skyrim, qui vient récompenser cinq longues années d'attente qui prennent fin de façon magistrale. Bien sur, victime de sa propre ambition démesurée, le titre souffre encore de quelques jolis bugs et incohérences qui sont le prix à payer pour tant de liberté. Mais en parvenant à allier la richesse et la profondeur de Morrowind, l'accessibilité d'Oblivion et une direction artistique sublime, ce cinquième épisode se positionne comme le titre ultime de la série, et l'un des RPG les plus aboutis jamais sortis.

Ceux qui souhaitent prolonger l'expérience plus longuement, la modifier ou même la repenser au travers de mods devraient s'orienter - si leur machine le permet - vers la mouture PC.

28/01/2012
  • Liberté presque totale
  • Ambiance planante
  • Contenu incroyablement riche et profond
  • Direction artistique
  • Les effets et jeux de lumière
  • Quelques bugs, c'est inévitable
9.5

GRAPHICS 4/5
SOUND/MUSIC 4/5
STORY 4/5
LENGTH 5/5
GAMEPLAY 4.5/5
The Elder Scrolls V: Skyrim > Commentaires :

The Elder Scrolls V: Skyrim

9.5
9

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
voir aussi Commentaires pc [6] play3 [9] xla [0]
8 commentaires sur Xbox 360
Yahiko

le 17/01/2015
8
Après un an demi et 120 heures je boucle donc Skyrim, mon premier Elder Scrolls et aussi un de mes premiers Rpg occidental, mon expérience en la matière frôlant le néant. Difficile de parler de ce jeu et de mon expérience, tant je suis passé par tous les états au cours de ma partie.

J'ai d'abord eu du mal à me faire au gameplay, rigide, mou du bulbe et répétitif, avant de me laisser embarquer par l'univers, son esthétique et la grisante sensation de liberté qu'il nous offre. Oui c'était chouette. Aller ou je veux, quand je veux, explorer ce que je veux, et faire ce que je veux dans le timing que je veux. Grisant à m'en laisser aller à vouloir tout faire, tout voir, la moindre quête, la moindre grotte. Et puis ça a finit par m'étouffer. Le menu de quêtes ne désemplit jamais, les 3/4 sont inutiles et n'apportent rien. Les grottes se ressemblent toutes et ce qu'on y fait aussi. Taper des Draugr et des squelettes à tour de bras pour ouvrir un coffre en bout de course, encore et toujours. Saturation accentuée à ce moment là de ma partie par le choix de combattre à l'épée au corps, et c'est nul !

Et après une pause salvatrice de quelques mois, j'ai repris en jouant différemment. Avec un build d'assassin, furtif, qui engage les combats à l'arc et qui tranche des gorges à la dague en surprenant ses ennemis. Vachement plus sympa même si la furtivité apporte son lot de situations wtf. Je n'attendais pas de Skyrim qu'il m'offre les sensations d'infiltration d'un Metal Gear ou d'un Dishonored, mais c'est assez ubuesque voir deux bandits abandonner votre recherche deux minutes après que vous ayez snipé leur camarade et reprendre tranquillement leur conversation au dessus du corps encore chaud et ensanglanté du défunt. Mais ça reste malgré tout bien plus intéressant que de se battre à l'épée.

Surtout, j'ai arrêté de m'éparpiller dans les quêtes inutiles et je me suis concentré sur les guildes, que j'ai toutes finies. Et le jeu devient également nettement plus intéressant : les missions sont plus variées, les situations aussi, on rencontre enfin des personnages intéressants et chaque guilde enrichit à sa manière un background général d'une incroyable richesse. Et en prenant la peine de la jouer un minimum Roleplay, on se donne les moyens de découvrir la riche cohérence de Bordeciel.

Malgré pas mal d'écueils sur toute la partie "jeu", des phases d'ennui certain pour toutes les petites annexes, et une certaine frustration à me freiner dans l'exploration pour ne pas laisser la redondance s'installer, j'ai fini par apprécier Skyrim. La richesse du jeu, l'ambiance planante, la liberté absolue et l'esthétique globale du soft ont eu raison de moi. Sans quoi, n'étant pas maso, je n'y aurais pas passé autant de temps. Malgré tout ce n'est pas ma came préférée et j'attends de Bethesda des améliorations sur tout l'aspect jeu avant de me plonger dans un éventuel futur épisode offline.
Mikaya

le 06/05/2013
Edité le 06/05/2013
10
Après 95h d'une pure aventure j'ai enfin finis Skyrim... Et j'ai presque un pincement au cœur tellement l'aventure à été fantastique mais que le final de la story principale est pauvret j'ai finis toutes les grandes campagnes annexes et changé mon full set de barbare à épée à 2 mains pour celui d'un assassin sur la fin !! C'est ça qui est génial dans ce jeu, il y'a une variété pas possible dans la façon de jouer qui permet d'éviter l'ennui !
Bon, ça ne m'aura pas empêcher de faire une grosse pause de presque un an avant d'en voir le bout, mais ce élder scroll, le seul que j'ai fait, me laissera une empreinte indélébile dans ma vie de joueur

Une petite review à venir maintenant :P
Chipstouille

le 01/05/2013
Edité le 01/06/2013
10
Après avoir passé des heures sur Oblivion et Fallout 3, j'ai volontairement laissé la première année aux impatients pour essuyer les plâtres. Bethesda est incapable de finir un jeu, c'est désastreux. Et même, 1 an plus tard, le studio n'a pas été foutu de corriger un plantage systématique du jeu dans l'une des quêtes de guilde... (il faut désactiver la fonction autosave, activée par défaut pourtant, pour pouvoir s'en sortir). Bref, passons, les fans sont là et documentent les moyens de contourner tout cela, un grand merci à eux, la première année a quand même du filtrer pas mal de ces petites choses épouvantables.

Le résutlat est bien là. Skyrim est un grand jeu, un Oblivion sans ses défauts, avec de vrais dialogues, un système de combat un peu plus dynamique, on a viré des trucs pourris (les items qui s'usent et qu'il faut passer son temps à forger, bien content que ça ait disparu), amélioré d'autres (l'alchimie et la magie!). Ce coup-ci les quêtes offrent une variété bienvenue, de même que les lieux à visiter. Il y a un vrai effort au niveau du level design, on a même droit à quelques énigmes plutôt sympa...

Malgré quelques écueils, j'ai adoré. Moi qui redoutait une redondance avec Oblivion, j'ai été plus qu'agréablement surpris. Quel dommage que le studio s'égare aujourd'hui dans un épisode Online... Alors que la franchise ne s'y prête pas du tout
Zio

le 17/08/2012
9
Encore un grand jeu que ce cinquième épisode des elder scrolls. Malgré ses nombreux bug et une montée en puissance de son avatar très rapide une fois les bons talents augmentés, il reste un grand rpg
SenkiDala

le 15/05/2012
7
Je n'aime pas beaucoup les Elder Scrolls, je le dit direct.

Alors oui l'univers est génial, immense, et joli, mais pour un jeu qui se veut immersif, il y a trop d'erreurs qui coupent l'immersion.

Exemple banal (il arrive des trucs comme ça 3 fois par heure de jeu, sur 100h imaginez le délire...):

Pour une mission je doit tuer la femme d'un mec, je rentre chez eux, tue la femme le mec la défend mais échoue, je ne le tue pas (la flemme) et repart finir ma quête. 2 minutes plus tard je reviens dans la maison, et là le mec me salut "comment allez vous, Héros?". Super. Vive l'immersion.

Et c'est comme ça TOUT LE TEMPS, à TOUT BOUT DE CHAMPS. Alors je sais on va me dire "nan mais t'es con t'as vu comme c'est vaste", bah ouais super mais si c'est vaste et pas immersif à cause de conneries comme ça, super. ^^" Je préfère un jeu à l'ère plus réduite, mais qui propose une meilleure immersion.

Bon a coté de ça il y a un jeu ARCHI RICHE, blindé d'items, de trucs à faire, de quêtes partout, c'est super super vaste, et l'univers est magnifique et l'ambiance géniale.

Le jeu sans ses erreurs qui faussent l'immersion je lui metait un 4,5 facile, voir même un 5, mais pour le coup je peux pas dépasser les 3,5 sur 5, ce qui donne 7/10, ça reste quand même très bon.
Wave

le 17/03/2012
10
L'un des meilleurs jeux de sa génération. Immense et dotés de possibilités pratiquement infinies, le nombre incalculable d'heures passées sur ce chef-d’œuvre ne cesse d'augmenter tandis que l'engouement reste toujours aussi fort. Peu de titres peuvent réellement s'en vanter!
Nettement supérieur à Oblivion, pourtant déjà culte, Skyrim est vraiment LE jeu à posséder.
Alban

le 18/02/2012
9
Tout simplement un jeu énorme, dans tous les sens du terme. Une carte très grande et profonde (mais pas trop, ce qui donne une impression de liberté sans donner une impression de passer son temps à se balader de point en point). De multiples petits scénarios (de quêtes, de factions, de personnages, ... ) travaillés et soignés. Une possibilité de développement de personnage toujours aussi vaste (comme la plupart des opus de la série Elder Scroll). Et on se perd à trainer de quêtes en quêtes, un vrai plaisir.
Donni

le 08/01/2011
Edité le 08/01/2011
Aaargghhh !! le 11/11/2011, c'est trop long pour attendre !!
60 active users (0 member, 60 guests, 0 anonymous member)
Legendra RPG V4.8.42 © Force 2019 - Legal Mention
Webmaster : Medion