bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Final Fantasy XI > Articles > Soundtrack
Voir aussi

cover

Final Fantasy XI

Composée par:
Pour la première fois, le thème d'un article de Legendra a été choisi par ses visiteurs. C'est donc la review de l'OST de Final Fantasy XI que je vais vous livrer. Contrairement à mes autres reviews d'OST, je ne commencerai pas directement par une critique track par track, mais je vais d'abord vous tracer une présentation globale du produit et de ce qui l'entoure.


CD 1 : 21 Pistes (56'01'')

01 - "FFXI Opening Theme" ~Legend - The Crystal Theme, Memory of the People, Memoro de la S^tono, Memory of the Wind~
02 - Vana'diel March
03 - The Kingdom of San d'Oria
04 - Ronfaure
05 - Battle Theme
06 - Chateau d'Oraguille
07 - Batallia Downs
08 - The Republic of Bastok
09 - Gustaberg
10 - Metalworks
11 - Rolanberry Fields
12 - The Federation of Windurst
13 - Heaven's Tower
14 - Sarutabaruta
15 - Battle in the Dungeon
16 - Sauromugue Champagne
17 - Mhaura
18 - Buccaneers
19 - Battle Theme #2
20 - Voyager
21 - Selbina

CD 2 : 30 Pistes (55'56'')

01 - Prelude
02 - Regeneracy
03 - Hume Male
04 - Hume Female
05 - Elvaan Male
06 - Elvaan Female
07 - Tarutaru Male
08 - Tarutaru Female
09 - Mithra
10 - Galka
11 - Airship
12 - The Grand Duchy of Jeuno
13 - Ru'Lude Gardens
14 - Recollection
15 - Anxiety
16 - Battle in the Dungeon #2
17 - Blackout
18 - Mog House
19 - Hopelessnes
20 - Fury
21 - Tough Battle
22 - Sorrow
23 - Sometime, Somewhere
24 - Xarcabard
25 - Despair (Memoro de la S^tono)
26 - Castle Zvahl
27 - Shadow Lord
28 - Awakening
29 - Repression (Memoro de la S^tono)
30 - Vana'diel March #2
Cette OST a été co-écrite par trois compositeurs de Square plus ou moins connus, qui ont su fondre et harmoniser leurs styles tout en conservant une indépendance dans l'orchestration. Nous avons tout d'abord Nobuo Uematsu, certainement l'un des compositeurs de musiques de jeux les plus célèbres, suscitant les passions les plus extrêmes, dans un sens comme dans l'autre. Ensuite vient Naoshi Mizuta, qui s'est dans le passé notamment illustré en composant la soundtrack de Parasite Eve 2. Beaucoup de critiques ne lui donnaient avant le présent album que peu de chances de s'imposer aux côtés d'illustres compositeurs de Square comme Uematsu, Mitsuda, ou Sakimoto (même si ce dernier n'est pas à proprement parler un compositeur Square). Cela a donc désormais radicalement changé, avec cette collaboration à l'OST de FF XI. Personnellement, je trouve que sa prestation est la bonne surprise de cette OST, d'autant plus que c'est lui qui a composé la majorité des thèmes. Enfin vient mademoiselle Kumi Tanioka. Au milieu des musiques sombres proposée par ses collègues, ses morceaux vient apporter une grande légèreté qui est on ne peut plus profitable à l'esprit, malgré quelques ratés énormes.
Après vous avoir présenté ceux qui ont créé cette OST, je vais maintenant vous parler de l'écrin somptueux dans lequel celle-ci m'a été livrée. Je dois reconnaître que j'ai une attirance particulière pour tout ce qui est "collector". J'ai donc commandé (au prix fort je dois l'avouer) l'édition limitée. Et là, que dire? C'est tout simplement de l'art, dans sa forme la plus pure. Le support qui contient les disques, une sorte de paravent, a é té orné d'une fresque exceptionnelle de Yoshitaka Amano. Même si vous n'aimez pas cet artiste (ce qui est votre droit), vous serez forcés de reconnaître la qualité de cette œuvre tant elle est travaillée avec excellence. A l'intérieur de ce paravent, vous trouverez dans une finition exemplaire (couleurs noir et or) les deux CD de la bande originale, un DVD qui contient : l'intro (pure merveille...) en 3 versions sonores, un remix de l'un des titres de l'album, et un making-of en japonais. Un très beau livret de screens du jeu (24 pages) accompagne le tout.

Voilà, maintenant je peux passer à la traditionnelle critique track par track. Entre crochets se trouve le nom du compositeur de chacune des pistes.

CD 1

Track 01: FF XI Opening Thème - Legend of the Crystal Theme, Memory of the People, Memoro de la Sâtono, Memory of the Wind - [Uematsu]
Derrière ce titre à rallonge se cache la perfection la plus pure… Le thème de l'introduction de FF XI est peut-être l'un des meilleurs que Uematsu n'ait jamais composé. Une mélodie émotionnellement très forte, une orchestration variée et de grande qualité, des transitions impeccables, des chœurs qui sonnent avec une rare justesse,… Aucun défaut ne vient ternir ce chef d‘oeuvre. De plus, la durée du morceau et sa propension à maintenir la même qualité tout de son long achèvent de le classer parmi les inclassables, tout simplement. (10+/10)

Track 02 : Vana'diel March [Mizuta]
Comme l'indique son titre, cette track est une marche, avec toutes les percussions qui caractérisent le genre. Personnellement, je n'ai pas trop aimé, mais ceux qui trouvent un intérêt à la musique militaire y verront peut-être leur bonheur. (5,5/10)

Track 03 : The Kingdom of San d'Oria [Mizuta]
L'orientation médiévale de cette OST commence ici à prendre tout son sens. Digne d'accompagner une joute de chevaliers , cette track est agréablement orchestrée, surtout dans sa deuxième partie. Seule un refrain moyen empêche ce morceau d'obtenir les honneurs (7,5/10)

Track 04 : Ronfaure [Uematsu]
Toujours dans une thématique médiévale très forte, cette piste beaucoup plus calme est brillamment réalisée par Uematsu, qui laisse parler sa passion des instruments traditionnels. L'orchestration est sublime, la mélodie très prenante, et le tout forme une track vraiment excellente, poussant sans peine l'imagination de l'auditeur dans l'une des salles d'un château du début du dernier millénaire, les pieds reposant sur un parquet de bois brut, les femmes cousant et reprisant, et les chevaliers polissant et lustrant leur équipement sur une table. (9,5/10)

Track 05 : Battle Theme [Mizuta]
Je présume que vous aurez sans peine deviné en lisant son titre de quelle track il s'agit. Les thèmes de combat des précédents FF m'avaient laissé quelque peu de marbre, et je n'en attendais pas plus de celui-ci. J'ai donc été surpris de me retrouver à apprécier cette track, qui finalement s'avère accrocheuse comme doit l'être un thème de combat. (8/10)

Track 06 : Château d'Oraguille [Mizuta]
Le titre en français est hélas l'un des seuls attraits de cette track. Malgré de bons passages dans la deuxième moitié, cela tourne plus souvent au concert de klaxons qu'à une quelconque harmonie. L'atmosphère qui entoure cette piste est vraiment trop "martiale" pour moi. (5/10)

Track 07 : Battalia Downs [Mizuta]
Là, on a droit à "Costa del Sol Bis"... L'ambiance "plage" se retrouve sur cette track, qui vue son orchestration très légère et festive aurait sans mal pu être attribuée à Tanioka. Mais non, c'est bien Mizuta qui nous détend les tympans avec cette musique de station balnéaire qui ne dépareillerait pas au bord d'une plage méditerranéenne huppée. Malgré tout, la légèreté ambiante n'a pas affecté la concentration du compositeur, qui nous propose un morceau bien réalisé. Maintenant, il est clair qu'il faut aimer la mer pour aimer cette track. (7/10)

Track 08 : The Republic of Bastok [Tanioka]
Une musique de ville fort satisfaisante vient couronner la première track de Tanioka sur cette OST. La mélodie est très prenante, ce qui est une bonne chose, et l'orchestration suit sans aucun problème, apportant son lot de variété et d'harmonie De bons passages alternent avec d'excellentes parties, apportant à cette piste tout ce dont elle a besoin pour être qualifiée de très bonne track. (8,5/10)

Track 09 : Gustaberg [Tanioka]
Tout commence par une impression de solitude au bord d'un étang, lors d'une nuit de pleine lune. On entendrait sans peine croasser les grenouilles, bercés par de douces nappes musicales...et puis soudain, le soleil se lève sur cette nature si paisible. Une guitare vient réveiller en douceur le petit monde qui entoure l'auditeur. Les fleurs s'ouvrent sur la rosée du matin quand les premières notes d'instruments à vent apparaissent, comme pour l'accompagner dans son éveil.
Voici une track extrêmement agréable qui éveille des sensations inédites chez l'auditeur. (9/10)

Track 10 : Metalworks [Tanioka]
Les percussions nous indiquent qu'il s'agit d'une marche. Cependant, celle-ci est plus légère que celle proposée en track 02, la rendant ainsi plus accessible à l'imagination. Malgré tout, l'âme ne parvient pas à s'élever bien haut ici. (6/10)

Track 11 : Rolanberry Fields [Mizuta]
Le titre est on ne peut plus adapté aux visions apportées par cette track. Des champs s'étendant à perte de vue, baignés dans une lumière et une chaleur appelant à la sieste ou au jeu, s'offrent au regard du promeneur. Les insectes vaquent à leurs tâche dans l'herbe, alors que des enfants jouent en contrebas, sous le regard attendri et apaisé de leur mère. (7,5/10)

Track 12 : The Federation of Windurst [Mizuta]
Une certaine banalité se dégage ici, comme si le compositeur peinait à se réveiller de la douce et agréable sieste dans laquelle il nous avait plongés à la track précédente. On imagine plutôt ici les rues quasiment vides d'une ville du sud de l'Espagne à l'heure de la sieste. (5,5/10)

Track 13 : Heaven Tower [Mizuta]
A entendre ce thème, on peut supposer très fortement qu'il s'agit d'un thème de donjon. Après les premiers pas hésitants dans cette tour qui semble fort ancienne, une flûte vient accompagner les pas de l'aventurier, qui gagnent en assurance au fur et à mesure de leur avancée dans cette construction qui semble à l'abandon, appelant à la fois à l'émerveillement et à la vigilance. Les regards se font plus attentifs, des merveilles oubliées se découvrent à chaque détour de couloir, la mélodie appelle encore à davantage de contemplation, invitant l'explorateur à se perdre dans ces dédales, aussi vastes que passionnants. (8/10)

Track 14 : Sarutabaruta [Mizuta]
La thématique andine de cette piste nous ramène en pleine forêt. L'aventurier est-il perdu, dans ces lieux qui entourent le temple, ou ne fait-il que profiter que la vue reposante qu'offre cette végétation luxuriante? A moins qu'il ne fasse que récupérer des forces pour ... (6,5/10)

Track 15 : Battle in the Dungeon [Mizuta]
..la bataille contre le farouche gardien des trésors de ce temple... Ce thème de combat, qui s'annonce assez classique dans ses premières secondes, manifeste assez vite de belles dispositions, avec notamment des arrangements de toute beauté. La bataille sera longue. (7,5/10)

Track 16 : Sauromugue Champaign [Mizuta]
J'avoue ne pas très bien comprendre le titre donné à cette track... La mélodie ne m'aide pas plus à trouver cette signification. Il s'agit clairement d'un thème de ville, assez classique qui plus est. Des petits passages de ci de là viennent rompre occasionnellement la monotonie, mais cette piste n'amène vraiment rien de transcendant... (4,5/10)

Track 17 : Mhaura [Mizuta]
Le compositeur se montre dans de bien meilleures dispositions avec cette autre track de ville. Je pense même qu'il s'agit d'un thème d'intérieur. Une maison assez grande et accueillante siérait je pense fort bien à cette musique. La notion de repos semble être l'inspiration centrale de cette piste. On a ici droit à une accalmie, qui ne fait que précéder... (7/10)

Track 18 : Buccaneers [Mizuta]
...la tempête. Le lieu auparavant si paisible semble pris d'assaut par des hordes hostiles. Relativement courte, cette piste remplit son rôle d'introduire la menace qui s'annonce. (5/10)

Track 19 : Battle Theme #2 [Mizuta]
L'affrontement est l'issue inévitable de cette attaque. Une fois de plus, Mizuta nous offre un nouveau Battle Theme réussi, qui accompagne efficacement les héros dans leur combat. (7/10)

Track 20 : Voyager [Mizuta]
Après cette halte, le groupe repart vers de nouveaux horizons, accompagné par une musique agréable, à défaut d'être vraiment marquante. Une piste d'ambiance, sans plus... (6/10)

Track 21 : Selbina [Mizuta]
Nos héros semblent avoir pris la mer vers le nord. C'est en effet un thème irlandais qui les accueille d'une manière plus qu'admirable. Moi qui suis grand amateur de musique celtique, je n'ai que peu de mots pour décrire la sensation de plaisir qui s'est emparée de moi à l'écoute de ces notes. Le joueur de fiddle maîtrise très bien son instrument, et ce thème d'auberge (de pub plutôt) est vraiment le bienvenu pour clôturer ce premier CD en beauté. (10/10).

CD 2

Track 01 : Prelude [Uematsu]
On n'échappe pas à ce grand classique. Uematsu a visiblement cette fois choisi le minimalisme pour interpréter son thème fétiche. Bien sûr, la mélodie, sans cesse entendue et réentendue, est excellente, mais cette orchestration me fait plutôt de la peine. Sous le couvert de la recherche de pureté, Uematsu dépare son thème de toute la richesse instrumentale qui faisait sa notoriété. (6/10)

Track 02 : Regeneracy [Uematsu]
C'est un thème de transition, ou harpe et cloche s'unissent pour accompagner le joueur vers la suite de son aventure. (5/10)

{Les tracks 03 à 08 sont les thèmes qui accompagnent la création du personnage : chacune des races a son thème propre}
{Dans ces thèmes de création de personnage, c'est Mizuta qui s'occupe des thèmes des personnages masculins et Tanioka des thèmes de persos féminins}

Track 03 : Hume Male [Mizuta]
L'atmosphère épique qui entoure ce morceau met en avant le caractère courageux, brave, de la race humaine. En elle-même, cette track est très bonne, se permettant des changements de rythme et d'orchestration malgré sa durée très courte. C'est l'un des meilleurs thèmes de création de personnage. (8/10)

Track 04 : Hume Female [Tanioka]
C'est là que Miss Tanioka perd complètement la boule (si je puis dire...). Je crois qu'elle a confondu création de personnage féminin à shopping dans les rayons habillement du supermarché du coin. Cette track n'a franchement rien à faire sur cette OST. Aucun des aspects positifs des femmes n'en ressort Ni la délicatesse, ni la beauté, ni la sensibilité ne sont évoquées par cette piste, qui préfère assimiler les femmes à des consommatrices inconditionnelles des produits de beauté. Quel gâchis... (1/10)

Track 05 : Elvaan Male [Mizuta]
Mizuta, quant à lui, ne connaît pas de baisse de régime. Avec ce thème des elfes mâles, il parvient une nouvelle fois à mettre en avant une mélodie très réussie, axant cependant davantage son interprétation sur les cuivres. Le caractère résigné et la sagesse des elfes transparaissent là aussi très bien au travers de ces notes. (8/10)

Track 06 : Elvaan Female [Tanioka]
Hou la la... C'est pas possible... Bien que plus rythmée, cette piste est assez insupportable. Plutôt que d'aller au shopping comme leurs homologues humaines, les dames elfes préfèrent aller faire du step ou de l'aérobic au gymnase le plus proche. "Véronique et Davina", en elfe, ça se dit comment? Vraiment, on ne méritait pas ça... (1,5/10)

Track 07 : Tarutaru Male [Mizuta]
Le caractère joyeux des Tarutaru ressort bien de ces notes légères. Malgré le caractère festif de l'ensemble, Mizuta ne perd pas ses bonnes habitudes et nous propose encore une mélodie très bien construite. (7/10)

Track 08 : Tarutaru Female [Tanioka]
Avec l'espèce des Tarutaru, mademoiselle Tanioka revient dans son élément. La légèreté, le joie de vivre, la bonne humeur, sont autant de notions sur les quelles elle sais bien s'exprimer. Alors qu'elle s'était lamentablement ramassée sur ses deux premiers thèmes de création de personnages, dont le sujet n'était pas propice aux sonorités de sa musique, elle nous offre un morceau où elle peut enfin exprimer son vrai visage à bon escient. (7/10)

Track 09 : Mithra [Tanioka]
Dans la foulée de la piste précédente, mademoiselle Tanioka ne s'est pas arrêtée, et continue le délire funky dans lequel elle s'est lancée. Ce n'est pas pour son manque de sérieux ni pour le choix de ce type de musique que je critiquerai cette track, mais pour l'absence totale de sentiments qu'elle inspire à l'auditeur. (3/10)

Track 10 : Galka [Mizuta]
Retour au choses sérieuses avec cette track : Mizuta reprend les commandes pour ce morceau qui évoque un voyage en plein ciel. Je pense que cette musique est associée aux passages à bord d'un aéronef. Elle est assez classique, mais toujours efficace. (6,5/10)

Track 11 : Airship [Uematsu]
L'impression que je ressentais dans la track précédente se confirme avec celle-ci, qui accompagne certainement le joueur quand il pilote l'aéronef sur la carte du monde. Assez légère, cette piste se laisse écouter sans trop de problèmes (6/10)

Track 12 : The Grand Duchy of Jeuno [Mizuta]
Ce thème est une nouvelle grande réussite de Mizuta Se promener dans cette grande ville doit être un plaisir. C'est du moins ce que fait ressentir cette mélodie à la fois joyeuse et profonde. On se sent bien à l'écoute de cette track, et le clavecin qui vient assurer le fond sonore est une idée remarquable. (9/10)

Track 13 : Ru'Lude Gardens [Tanioka]
Un petit côté baroque avec le deuxième morceau consécutif basant son harmonie sur un clavecin. Les jardins dans lesquels marche le promeneur sont certainement ceux de Jeuno, puisqu'on retrouve des traits communs entre les deux musiques qui les prennent pour cadre. Tanioka a fait du très bon travail sur cette piste, parvenant à se placer au niveau qu'avait Mizuta sur la track précédente. (8,5/10)

Track 14 : Recollection [Uematsu]
Nobuo Uematsu a composé relativement peu de tracks sur cette OST, mais ces quelques compositions sont largement supérieures au travail de quantité qu'il avait fourni sur les quatre précédents FF (du 7 au 10). Le faible nombre de pistes qu'il avait à composer a permis à ce compositeur de concentrer son indéniable potentiel en quelques thèmes sublimes. On en vient à souhaiter qu'à l'avenir, Square évite de demander à Uematsu de composer trop de pistes, et le laisse tout lâcher sur une poignée de thèmes renversants. (10+/10)

Track 15 : Anxiety [Uematsu]
Le titre parle de lui-même. Des moments d'inquiétude accompagnent ce morceau qui remplit fort bien son rôle. Faisant une juste utilisation du piano, qu'il maîtrise si bien, Uematsu nous livre un thème typique des Final Fantasy, avec un petit quelque chose en sus. Ce petit quelque chose, c'est le caractère libéré de la manière de jouer, de l'instrumentation. Uematsu semble presque se sentir ici en "guest star", et il donne le meilleur de lui- même sur chacun de ses morceaux. (8,5/10)

Track 16 : Battle in the Dungeon #2 [Mizuta]
Tout comme le Battle Theme, le Battle in the Dungeon a droit à une deuxième version. Malgré un début chaotique, la mélodie verse rapidement dans le grandiose, sans atteindre cependant la qualité de la première version. (7/10)

Track 17 : Blackout [Mizuta]
Apocalyptique mais finalement assez pauvre musicalement parlant, ce morceau se contente d'un rôle de fond sonore. (4/10)

Track 18 : Mog House [Mizuta]
Une musique fort paisible, qui accompagne le voyageur parmi ces créatures étranges que sont les mogs. Malgré un sujet plus propice à une composition de Tanioka, notre ami Mizuta s'en tire très bien et par un bon usage des différents types d'instrument (à cordes, à vent, et percussions) signe un thème efficace. (7/10)

Track 19 : Hopelessness [Uematsu]
Une orchestration optimale et originale, ainsi qu' une mélodie bien présente font de cette musique de maison hantée un assez bon morceau, même s'il manque un petit peu de punch. (7,5/10)

Track 20 : Fury [Tanioka]
La jolie Kumi Tanioka ne nous avait pas habitué à une orchestration aussi riche dans ses compositions précédentes, et c'est bien dommage, quand on voit ce dont elle est capable avec ce remix du thème de FF XI version combat aérien. (8/10)

Track 21 : Tough Battle [Mizuta]
Comme son titre l'indique, il s'agit d'un combat rude. La musique qui accompagne cet affrontement reflète parfaitement ces état d'esprit, avec des percussions très présentes, et des ponctuations régulières faites par des cuivres. Le tout est extrêmement chaotique, mais c'est le contexte qui veut ça. (4/10)

Track 22 : Sorrow [Uematsu]
Il s'agit d'une piste assez calme, qui met un peu de temps à faire ressortir la tristesse qu'elle est censée illustrer. Par contre, une fois la machine mise en route, on ne l'arrête pas et le chagrin s'écoule de ces notes. (7,5/10)

Track 23 : Sometime, Somewhere [Uematsu]
Avec cette piste, Uematsu a semble-t-il voulu se prendre pour Tanioka, en proposant une musique légère et heurtée. Cela est cependant trop peu naturel chez lui, et le résultat n'est que moyen. (6/10)

Track 24 : Xarcabard [Mizuta]
Nouvelle musique de ville, Xarcabard nous propose une atmosphère plutôt démunie, puisque quasiment dépourvue de fond sonore. Les instruments s'expriment quasiment en solistes, et qui plus est d'une manière très heurtée. Mizuta ne nous propose ici rien de vraiment inoubliable, malgré un effort notable vers la fin, cependant trop tardif pour satisfaire. (5,5/10)

Track 25 : Despair (Memoro de la Sâtono) [Uematsu]
Voici le premier des deux remixs du thème principal du jeu par Nobuo Uematsu. Le compositeur utilise ici un style assez dépouillé, qui fait peu honneur à la très forte mélodie, mise à part la flûte qui reprend le thème en fond avec brio. (6,5/10)

Track 26 : Castle Zvahl [Mizuta]
Une musique assez angoissante accompagne le joueur dans un château qui a tout de la résidence du boss de fin. L'inévitable orgue qui accompagne ce genre de périple gothique se manifeste en fond sonore, alors que le devant de la scène est occupé par un vibraphone, ce qui est original et fonctionne plutôt bien. (7,5/10)

Track 27 : Shadow Lord [Tanioka]
La rencontre avec le propriétaire des lieux est forcément loin d'être agréable. Le choix de Kumi Tanioka pour ce genre de morceau est assez étrange, mais il s'avère que cette option était la bonne. Le caractère glacé de ce morceau colle bien avec la personnalité des boss de fin des jeux Square. (7/10)

Track 28 : Awakening [Tanioka]
Notre ami le boss de fin s'énerve et c'est encore à Kumi Tanioka qu'est confiée le tâche d'accompagner l'action. Là où on pourrait craindre un insurmontable gâchis s'élève en fait un thème très approprié, qui parvient à être à la fois majestueux et subtil, à la fois terrifiant et envoûtant. Contrairement à ce qu'on aurait pu anticiper, mademoiselle Tanioka nous offre un thème vraiment exceptionnel. (9/10)

Track 29 : Repression (Memoro de la Sâtono) [Uematsu]
Le deuxième remix du thème principal est déjà plus réussi, dans la masure où Uematsu a cette fois daigné lui offrir un accompagnement. Bien que celui-ci soit assez spartiate, il convient assez bien, d'autant plus que des passages grandioses sont rajoutés dans la deuxième partie de la piste. (8,5/10)

Track 30 : Vana'diel March #2 [Mizuta]
La marche de Vana'diel a elle aussi droit à une deuxième version, qui accompagne certainement le staff roll. Je dois reconnaître que celle-ci est plus réussie que la première, même si cela reste une marche assez peu séduisante. Des ajouts comme le Prélude et des passages orchestraux achèvent d'améliorer ce thème. Je persiste cependant à dire qu'il y aurait pu avoir mieux pour terminer cette OST. (7/10).

Globalement, cette OST est donc vraiment d'une très bonne qualité. D'aussi bonnes musiques faisaient selon moi défaut à la série depuis FF6. C'est également une expérience très bénéfique de confier à trois compositeurs la tâche de s'accorder pour donner une vie unique à un univers d'une grande richesse. Pour un jeu online, on peut qualifier cette OST de grandiose : ce n'était pas évident de proposer quelque chose d'aussi accrocheur pour ce type très particulier de RPG. (note globale : 9/10)
Voilà, cette critique de l'OST de Final Fantasy XI touche à sa fin. Je remercie ceux qui l'ont lue jusqu'au bout, et je les encourage à se procurer l'OST, surtout s'ils aiment la musique médiévale.

10/10/2002
Final Fantasy XI > Commentaires :

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
0 commentaire
Aucun commentaire

Final Fantasy XI

commentaires

pc [7] play2 [3] xb360 [3]

53 active users (2 members, 51 guests, 0 anonymous member)
Online members: Herbrand, Riskbreaker
Legendra RPG V4.8.42 © Force 2019 - Legal Mention
Webmaster : Medion