bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Final Fantasy XV > Game details

Final Fantasy XV

General Info

System : play4

Type : arpg

Player(s) : 1

Belong to group(s) : Fabula Nova Crystallis (Final Fantasy XIII), Final Fantasy, Final Fantasy (Série principale), Final Fantasy XV,

Also on : xboxone

Nom original : ファイナルファンタジー XV


Developer(s) : Square Enix,

Chara-designer(s) : Tetsuya Nomura,

Composer(s) : Yoko Shimomura,

Remake/port of show_hide
Remaked/ported in show_hide
Jeu(x) en relation / Add-ons show_hide
6.5
6
Classé Top#375 Legendra
Dans le top 10 de 4 members
106 members completed it (Average time: 58h)
97 members own it
3 members y jouent

europe 29/11/2016

Publisher : Square Enix

amerique 29/11/2016

Publisher : Square Enix

japon 29/11/2016
Website
Publisher : Square Enix

Final Fantasy XV > Commentaires :

Final Fantasy XV

6.5
6

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye:


OK
voir aussi Commentaires xboxone [4]
30 commentaires
Schwarztraum

le 22/12/2023
7
Ce FFXV avait un potentiel fou, étant donné la qualité de l'OST, la construction du monde et le concept...malheureusement, il met de côté un élément pourtant central dans l'expérience du joueur: le gameplay!

Je n'ai jamais joué à un jeu aussi facile. Entre les queues de phénix qui s'utilisent après la mort (du jamais vu) et qui peuvent être emportées à foison, la touche d'esquive qui rend quasiment invulnérable tout le temps, et les alliés qui ne meurent jamais, le jeu gâche totalement son potentiel.

C'est à croire qu'ils n'ont pas joué à LR:FFXII (leur propre production...) qui était pourtant un modèle d'équilibrage en termes de gameplay, à la fois jouissif et exigeant. Et pourtant, ils avaient du budget, vu la qualité des graphismes et du reste...

Soit dit en passant, j'ai joué à la version day One du jeu, donc je n'ai même pas eu la chance que d'autres ont eue d'avoir accès aux autres membres de l'équipe, aux scènes supplémentaires pour le scénario, etc. Autant dire que le jeu était très incomplet lorsque je l'ai fait, et la politique du jeu "en kit" ne m'a vraiment pas emballé.

Une vraie opportunité gâchée, car l'histoire qui est présentée a des moments touchants, mais on n'arrive jamais à vraiment rentrer dedans car il manque clairement une dizaine d'heures de jeu pour développer plus encore le monde et les personnages.

Bon, je l'ai quand même fini, ce qui explique ma note, car un mauvais jeu, on ne le finit pas par définition. Mais ce n'est clairement pas au niveau des plus grands jeux FF.
kolibri

le 11/09/2022
5_5
Les musiques et la beauté du jeu compensent bien les défauts du jeu, qui consistent en... tout le reste quasiment.
Le jeu possède cette fois-ci un gameplay acceptable, mais les défauts sont ailleurs. Le scénar, la narration, les annexes etc.

Bref un peu meilleur que FFXIII mais il y a encore du travail.
peacecraft

le 29/03/2020
5_5
Tout a déjà été dit sur FF XV. Un open world qui vieillit plutôt mal et un développement chaotique ressenti très souvent dans la structure et le développement du jeu. C'est dommage car on sent le potentiel, il y avait sans doute moyen de sortir quelque chose de grandiose. Graphiquement, c'est beau et la bande son est clairement la grosse qualité de cet opus (là ou le XIII était lamentable). Mais bon, cet open world sans réelle cohérence, la pauvreté de la mise en scène et de certains dialogues dans les moments importants lui font cruellement défaut.
Un bon point pour le dernier chapitre cependant, que j'ai trouvé très sympa.
Un FF vite joué et qui sera vite oublié, qui nous laisse constamment avec ce goût amer dans la bouche d'un jeu incomplet, blindé de DLCs auquels on n'a au final pas vraiment envie de toucher tant l'expérience inititale reste moyenne.
Luckra

le 28/03/2020
5_5
FFXV n'est pas un jeu avec une vision mais 15 visions différentes et simultanées à plusieurs échelles. D'abord à haut niveau avec cette séparation sans prévenir de la première moitié du jeu en Open World et de la deuxième très linéaire plus proche d'un FFX/XIII. Puis à moyen niveau avec ce décalage de systèmes : dans l'open world ces quêtes annexes complètement hors du temps (la chasse aux grenouilles ou la récupération de camions de bouffe sont des classiques) alors que la main quest s'efforcent d'introduire du drama et des personnages qui partent 10 minutes après ou encore le changement de tons et mécaniques de gameplay entre les chapitres de la deuxième partie (qui va volontiers du couloir narratif à l'infiltration ou au jeu d'horreur). Et évidemment à bas niveau avec des mécaniques de gameplay qui se battent entre elles : l'exemple le plus frappant étant le système de combat qui a l'air conçu uniquement dans la salle qui sert de tuto et ne marche pas du tout dans les terrains cabossés de l'open world, ni dans les donjons trop renfermés et encore moins contre les boss gigantesques.
Mais malgré tout ça c'est un jeu agréable à parcourir, musicalement divin avec Shimomura au top, régulièrement magnifique à voir, jamais difficile ou frustrant mais simplement fascinant tant les systèmes, visions et scénarios s'entrechoquent sans jamais réussir leur but mis à part ce gang de 4 garçons qui nous tient compagnie durant l'aventure et qui reste le seul et unique cœur de cet épisode accidenté.
Rotka

le 14/03/2019
8
J'ai torché le jeu en 20h, sans le moindre respect pour les quêtes annexes. Super jeu ! et contrairement à pas mal de commentaires, je le trouve bien droit dans ses bottes, avec une vision claire et honnête de ses objectifs. On ne fait quasiment rien dans le jeu au final, a part aller chercher deux trois trucs par ci par là, mais le scénario se délie peu à peu, bien souvent sans cutscenes, en plein gameplay, à l'ancienne. On a l'impression de faire uniquement le premier CD de FF8, mais ça le fait. L'accent est mis sur d'autres trucs, qui sont vraiment bien foutus et servent le jeu au détriment de l'histoire. Bon il faut avoir vu kingsglaive, sinon on pige rien .... mais pourquoi pas.
Nos 4 lascars sont vraiment pas beau mais au final on s'attache à ces 4 trous du culs, les combats sont cools, le jeu est classe, les musiques scintillantes, on s'amuse bien sans voir passer le temps, faut pas chercher plus loin.
Bao

le 09/02/2019
4
Tout a déjà été dit depuis sa sortie, pour apporter ma pierre je dirais que j'ai fait face à un jeu... sans vision, une chose que même FFXIII avait. C'est dire. Un jeu qui ne sait pas ou il va, qui ne sait pas ce qu'il veut proposer, dont chaque élément porte les cicatrices d'un développement chaotique et de dix ans d'errances. Et la cupidité de producteurs ayant eu les yeux plus gros que le ventre n'aide n'aide pas non plus, surtout quand ça impacte la compréhension et la cohérence même du jeu en le charcutant pour quelques billets supplémentaires (mais ça semble avoir porté ses fruits à la vue des ventes...?). Exception du lien unissant ces quatre garçons dans le vent et de l'OST divine de Shimomura, tout le jeu est à l'image de sa dernière ligne droite : vide, expédié, mal construit et incapable de transmettre la moindre émotion. Pourtant le potentiel était bien la - rien que l'univers par exemple, et le gâchis final n'en est que plus frustrant. "Un Final Fantasy pour les fans et les nouveaux venus" qu'il nous dit à son lancement, le FFXV. Une question de génération j'imagine, car j'ai beau avoir vécu des centaines d'heures de bonheur avec cette série, je ne me retrouve pas vraiment dans cette phrase...
MadMax

le 08/11/2018
2_5
J'abandonne j'arrive pas a le finir et j'y arriverais sans doute jamais; depuis sa sortis je l'ai recommencer 4 fois avec de nouveau patch a chaque fois mais rien n'y fait ce jeu est ennuyant et n'a aucun intérêt.
FF15 et sortis 2 mois après Persona 5 et Tabata aurait pu remarqué que son jeu ne tiens pas la route comparé aux autres JRPG du moment, il n'y a rien a garder malheureusement pas de musique, pas de personnages, pas d'histoire. Et le pire c'est qu'il est heureux de son jeu et se br***e allègrement sur les ventes mais ils a pas remarqué que c'est parce que c'est estampillée Final Fantasy que ça se vend ? Il est idiot ? Il pense que son jeu s’appellerait autrement il aurait fait autant de ventes grâces a ces grandes qualités ? Faut arrêter ça de se voiler la face quand un jeu d'une grande saga sort ils se vendra toujours bien mais si ils sont naze (coucou RE4,5,6 et 7 ) faut vraiment qu'un jeu tue la saga pour qu’après elle est du mal a vendre autant ( coucou Silent Hill Homecoming ) malgré le fait que j'aime assez FF13 je pensait que c'était lui qui achevait la licence mais faut croire qu'ils on de bon publicitaires pour avoir vendu autant de FF15 ( on se rappele que des gens avait acheté des Ps3 pour joué a ce jeu la chance ) mais du coup c'est ptet celui la qui tueras la saga, quel hate de voir FF7 REMAKE ( absolument pas, j'ai jamais voulu d'un remake perso) qui se vendrat tres bien car c'est FF7 mais que tout le monde remarquera qu'il est temps de le laisser partir et comme pour Resident Evil les développeur font ce qu'ils veulent malgré les mauvaises critiques et retour et n'écoutent absolument JAMAIS les joueurs ( Je hais Capcom au fait )

Des gens considère ce jeu "fun" mais a part rester appuyer sur cercle tout le jeu en combat j'ai jamais rien fait d'autres jamais de magie, jamais de commande ça sert a rien ils ont pris le système de combat d'un action-rpg mais la seul action c'est de rester appuyer sur le même bouton ca peut etre apareil dans d'autre ARPG mais par exemple dans Kingdom Hearts y'a plein de chose a faire en combat, faut esquiver par exemple ce qui est inutile dans ff15 de toute façon tu fais un roulade et 80% du temps tu es touché et disons tous l'éclipse c'est useless ça sert a rien ça me servait a aller plus vite quand jetait a pied.

LE jeu n'a aucun intérêt et n'en a lui même rien a foutre au premier chapitre on rencontre Ardyn et c'est marqué en gros HOMME LOUCHE et on se rend compte facilement que c'est le méchant même pas la peine de mettre ça en spoil faut être idiot pour pas s'en rendre compte, l'histoire a rien de spécial le plus loin que je suis allé c'est au chapitre 7 et j'ai jamais réussi a battre ce record mais bon faut pas me dire a ouais mais au chapitre truc muche ça devient intéressant flemme c'est bon faut savoir tenir le joueur jusqu'au dit chapitre, FF13 l'a fait les musiques, les perso et l'histoire m'ont donné envie de rester jusqu’à la partie libre du jeu ( qui est le pire du jeu au final ) mais la rien ma théorie c'est que le jeu aurait du être un couloir parce que le fait d’être un monde ouvert n'apporte aucun intérêt Y'A RIEN A FAIRE OU DÉCOUVRIR a part aller récupérer du poivre ou des grenouilles Y'A RIEN c'est tu va d'un point A a un point B mais t’inquiète frère c'est un open world, Prototype est un open world plus vivant que celui de ff15 et il est sortis en 2009. C'est triste de se dire que les perso ont des design cool mais qui faut acheter des dlcs pour en savoir plus, puis en passant j'en ai marre de Noctis ce perso de l'enfer qui ressemble a Sasuke et que Square nous refile partout ce perso naze c'est incroyable j'aurait préferé que le jeu se focalise sur un autre perso et que le héros soit un accompagnateur comme Djidane avec Dagga

le jeu est en phase terminale depuis sa sortis et chaque DLC et patch le maintiennent en vie et au moins le jeu me fait relativisé a chaque FF qui sort c'est ignoble mais il me fais dire que l'ancien est pas si mal ( ca allait au final Type-0 ) du coup avec Dissidia NT..... ça va c'est pas si mal FF15 en fait....Puis stop avec les univers a la FF7,8 avec des bagnoles et tout passer a autre choses changer un peu.
Yahiko

le 15/08/2018
4_5
Un immense gâchis. C’est le sentiment qui me domine après avoir terminé XV. Esthétiquement cet épisode avait tout pour entrer dans le cercle des grands Final Fantasy. Mais il ne restera qu’un jeu malade, mal produit et mal conçu qui trimballe du début à la fin cette pancarte d’épisode de la honte.

Là où la série (au moins ses épisodes canoniques) avait toujours su s’élever pour traiter ses thèmes avec intelligence et sincérité, XV met par terre tout ce qu’il tente de construire en moins de temps qu’il n’en faut. Pendant tout le jeu je n’ai cessé « ah ouais ça aurait pu être cool si » sauf que cette condition n’arrive jamais. C’en est parfois presque malaisant. En témoigne le chapitre 9 qui restera comme le climax du jeu et qui avait tout pour rester comme une des scènes fortes de l’histoire de la série. Au lieu de quoi l’aspect dramatique de la scène laisse incrédule par le manque de développement en amont des personnages concernés et de leur relation et la phase de combat si alléchante esthétiquement et rythmiquement tombe à l’eau par un choix de gameplay complètement aberrant.

Et c’est comme ça tout le reste du temps. FFXV paye sa réalisation chaotique et ne cesse de laisser apparaitre qu’il est un jeu non fini, qui ne répond pas à toutes les questions et laisse des situations en suspend sans les résoudre. La série avait déjà essuyé ce genre de plâtre avec XII mais la proposition globale était finalement cohérente, à quelques sujets près, tout trouvait explication et finalité. Pas là. Après quelques chapitres, l’agencement de l’histoire est fait n’importe comment, la progression devient incohérente, des pans de scénario entiers manquent pour faire du lien entre les évènements et des personnages et relations potentiellement intéressants sont laissés de côté et se contentent d’avoir deux ou trois lignes de dialogue par ci par là. Tout est fait dans la facilité et le rush. Le pire étant ces bouts d’histoire que l’on apprend à la radio, sur des coupures de journaux ou sur des rapports scientifiques laissés à droite et à gauche (cc chapitre 13). On repassera donc pour l’immersion et l’implication émotionnelle. Pourtant l’aspect bromance mis en avant par Tabata avant la sortie jeu marche plutôt bien. Il n’échappe pas toujours à l’écueil de la niaiserie mais c’est finalement assez rare et le quatuor devient sympathique et attachant au fil de l’aventure. Mais ce n’est pas suffisant.

Le gameplay n’échappe pas non plus à la liste des critiques. Et là encore la frustration est importante. Les débuts sont prometteurs, c’est rythmé, dynamique et le côté aérien des actions de Noctis donne de l’ampleur aux joutes. Même si on sent de suite que c’est un peu brouillon, ils laissent apparaitre un certain potentiel d’epicness. Sauf que le soufflé retombe vite. De combat épique il y en a peu, le système trouve vite ses limites, le côté brouillon s’accentue au fur et à mesure que les boss grossissent et on finit par ne plus comprendre grand-chose à ce qu’on fait, l’esquive devenant souvent impossible tant l’écran est encombré. Les combats importants se résument rapidement à faire tomber des sacs de PV à coup d’éclipses et d’utilisation intensive de potions et d’élixirs pendant de longues minutes. Et je passe sur les QTE présents à des moments cruciaux du jeu. C’est affreusement mal calibré.

Deux mentions correctes tout de même : une Shimomura divine qui signe une OST inouïe et qui sauve à elle seule la baraque de biens des situations. La qualité de son travail est fabuleuse, comme à son habitude, mais peut-être encore plus ici. Au casque on en prend plein les oreilles, c’est exquis. Et un final plutôt sympa avec le patch royal. Celui-ci propose en effet un dernier chapitre marquant dans une atmosphère apocalyptique assez bien retranscrite et une ville au level design enfin bien pensé. Et les quelques rajouts de boss avant le combat final donne un peu d’épaisseur et d’ampleur à ce dernier.

On finit donc sur une bonne note. Mais c’est clairement insuffisant compte tenu de tout le reste. FFXV restera cet épisode de la honte, celui qui a plongé la série dans la vulgarité et la banalité. C’est triste.
Mamate

le 26/03/2018
3_5
Une vraie déception.

J'ai pourtant passé beaucoup de temps dessus, mais une fois l'aventure terminée, je me suis rendue compte à quel point le goût dans ma bouche était amer.

Le rythme est si inégal que tu es vraiment surpris de voir arriver la phase finale.
La répartition du temps de jeu entre les 3 pays à explorer équivaut à Pays 1 : 85% - Pays 2 : 10% - Pays 3 : 5%.
Trop de missions tuent les missions, surtout quand celles-ci n'apportent strictement rien à l'histoire ou l'univers.

Le scénario et l'univers, justement, sont si incomplets.
Le côté simulation de road trip lasse très rapidement.
On a du mal à comprendre les motivations de chacun dans ce conflit.
Comble, on nous fait des révélations sur l'un des gros mystères du monde d'Eos au lance-pierre.
Le pire :
L'explication de l'installation de la nuit permanente sur Eos se trouve sur un papier dans le diner d'Hammerhead avant l'assaut final. Et nous en sommes, en partie, responsables.


Les protagonistes du boys band se révèlent bien tard dans l'aventure (coup de cœur pour Ignis) mais les personnages secondaires sont vraiment là pour la déco, même Lunafreya, qui pourtant est un personnage fort, n'est évoquée que trop peu souvent.

Côté Gameplay, il y a du bon comme du mauvais. Le système de combat est pas mal, les techniques de campement et de cuisine sont sympathiques (le rendu des plats est très beau), la pêche tient de l'anecdotique (incroyable que ça soit autant mis en avant) et la photo est gadget (bis repetita).
Le coup des chimères qui popent quand bon leur semble, c'est tout simplement non.

J'ai l'impression de n'avoir entendu que 3 musiques différentes dans l'ensemble de l'aventure, hors radio. Et la plus fréquente étant le thème des Chocobos. On se retrouve parfois à errer dans les terres, sans musique, qui se déclenchent au petit bonheur la chance après des minutes de silence.

Cet opus se voulait sûrement plus adulte, plus actuel (open-world tout ça) mais c'est vraiment dommage car on voit le potentiel du jeu. Mais j'ai comme l'impression que, mis bout à bout, le jeu doit faire 20-25h et comme c'est en dehors des normes actuelles tournant autour de 50h de jeu, ils ont rallongé l'aventure avec des missions à ne plus savoir quoi en faire.

Ce jeu ne m'a pas atteint, je suis restée en surface.
Golden Leaf

le 28/08/2017
5
Les considérations esthétiques seront laissées à l'appréciation de chacun : force est de reconnaître que le jeu est fin, et que, lorsque Final Fantasy XV veut bien verser dans la lumière et la fantaisie (je pense à Léviathan et à la toute fin), il le fait très très bien. Mais enfin, quel scandale ! Comment retenir les 3 ou 4 heures passionnantes dans une aventure qui n'en compte guère plus de vingt qui soient scénarisées ? Comment retenir deux ou trois combats magnifiques quand l'essentiel du temps est passé à combattre des soldats dans des bases anonymes qui se trouvaient sur le bord de la route ? Comment vanter la Venise virtuelle après avoir subi des stations services et des paysages uniformes ? Comment s'extasier devant un noble final après avoir écouté les âneries de quatre personnages qui frisent l'idiotie, lorsqu'ils ne reluquent pas une jeune femme aux formes généreuses ? Comment s'attacher à la belle Lunafreya lorsque Cindy est mise au premier plan dès les premières minutes de jeu ?


C'est peut-être ce qui m'a fait le plus mal, d'ailleurs : là où la série avait toujours placé haut la barre concernant l'exigence d'intelligence, la recherche dans les dialogues, la finesse dans l'expression des sentiments, je me suis retrouvé face à un jeu tout simplement bête, quand il n'est pas vulgaire.
0 active user
Legendra RPG V4.8.42 © Force 2024 - Legal Mention
Webmaster : Medion