bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Rudora no Hihou > Articles > Review

Rudora no Hihou

crpg snes japon
Rudora no Hihou
Le trésor secret de Square
Un des RPG Square les plus méconnus sur la bécane de Nintendo, ce jeu sorti en 1996 ne daigna jamais dépasser les frontières du Japon (le vilain). Une des raisons que j'ai lues est le fait que Square a trouvé Rudora No Hihou (le trésor secret des Rudras) extrêmement mauvais et a même été jusqu'à virer le directeur du projet. Maintenant savoir si cette rumeur est vraie ou pas... Ce qui est sur c'est que le jeu n'a pas été un franc succès et il est un peu tombé dans l'oubli. L'assez grande difficulté du soft et une originalité très grande ont peut être été les causes de cet échec commercial. Mais est ce pour autant que le jeu est mauvais ? Voyons ce que réserve ce trésor méconnu de Square.

Trois destinées...

L'histoire prend place alors que Rudra va revenir conformément au cycle de la destruction de chaque race (et là c'est au tour des humains). Vous avez à la base le choix entre trois personnages pour débuter le jeu. Chacun possède son propre scénario qui recoupe celui des autres (si maintenant c'est devenu monnaie courante à l'époque c'était fort rare). Le lien entre ces trois persos étant la possession d'un jade, sorte de diamant des prophéties. Mais contrairement à la plupart des jeux proposant cette option on peut ici passer de l'un à l'autre quand bon nous semble (cependant il y a peu d'interaction possible entre les scénar'). Le final permet évidemment la réunion des héros (un quatrième se dévoile lors du jeu mais... surprise !).
- Le premier scénario, intitulé "pour être le meilleur", vous place dans la peau de Sion, un jeune guerrier qui veut relever le défi de la tour de la tour des braves, pour devenir le nouveau chef des gardes de Krenewl, l'ancien ayant disparu. Mais alors qu'il se prépare à ce défi des événements étranges impliquant une étrange secte (secte de Rudra) ont lieu... Et voila comment Sion part vers son destin.
- Le second scénario, intitulé "pour trouver le passé", narre les péripéties de Surlent (ou Surzlet, ou je ne sais quoi encore j'ai vu de très nombreuses traductions différentes du nom), qui prête main forte à un professeur sur des recherches archéologique. C'est lors de la découverte d'une pierre de Rudra (il y en une par race) qu'il va prendre conscience de son destin.
- Le dernier, nommé "pour purifier le monde", met en scène Riza, une jeune fille née avec un jade sur le front, et dont la mission est de purifier le monde, en découvrant ce qui est arrivé à sa mère.
Si les quêtes de départ diffèrent le but global reste le même : vous avez seize jours pour empêcher la destruction de la race humaine (je vous rassure les jours sont intégrés dans le scénario, vous ne jouez pas en temps limité, l'alternance jour/nuit est de même partie intégrante au scénario).
Rudora no Hihou
Rudora no Hihou
Rudora no Hihou

Abracadabra, créons nos magies!

Si le jeu est très classique au premier abord, on découvre vite qu'il n'a rien à voir avec un Final Fantasy, ce que son aspect premier pouvait laisser penser (ça ressemble de loin à du FF6). Sur le fond ok c'est classique : villages/ lieux (énigmes)/ combats /carte, la y a rien dire. Mais dès les premières minutes on se rend compte d'une innovation énorme, sur lequel repose tout le système de jeu : la création de magie ! Vous débutez le jeu avec 2/3 magies de base. Le jeu propose directement la commande créer magie. Le système étrange mais diablement prenant se base sur l'association de syllabes, qui permet d'obtenir des magies plus ou moins efficaces, agissant sur un individu ou sur un groupe, etc etc... Certains mécanismes de création sont remarquables et on peut donc y trouver une certaine logique!
Moi j'ai commencé le jeu avec des grosses magies de bourrin données gentiment par Woofeihung, certaines consommant tellement de mana que je ne pouvais les utiliser ! Si ce système est très marrant, une bonne soluce à ce niveau là sera indispensable. Car si certains persos dans le jeu ou certains coffres vous donneront entièrement ou partiellement des "essences de mot" (mot permettant de créer une magie), certaines magies sont indispensables à posséder pour ne pas trop galérer face à la grande difficulté du soft. Il y a en tout plus de 300 000 magies (apparemment car je me suis pas amusé à compter), mais vous aurez peu de chance de toutes les voir, puisque vous ne pouvez en garder que 32 simultanément. Pour le reste du système de jeu on reste dans le classique, la progression se faisant naturellement par points d'exp, et les villages proposant des magasins d'équipements, d'objets et bien entendu les auberges (repos + sauvegarde).
Rudora no Hihou
Rudora no Hihou
Rudora no Hihou

Des combats assez techniques

Là où le soft se détache encore un peu plus des FF est le système de combats. Ici point d'ATB (à la grande joie de certains) ! A chaque tour vous choisissez l'action que va réaliser chaque personnage. D'habitude je suis pas super fan de ce système mais là on a vraiment un grand contrôle sur les combats du fait qu'à chaque tour l'ordre de jeu est indiqué ! Très pratique pour les enchaînements résurrection/ guérison par exemple ! Et vu la difficulté du jeu ce n'est pas vraiment du luxe. Sinon le reste est classique : la vue est la même que celle des FF c'est à dire vue de côté, on possède jusqu'à quatre persos dans son équipe. Les traditionnelles commandes sont toutes présentes (attaquer, magie, fuir, objet). A noter que les combats sont loin d'être évidents, notamment ceux face aux boss ! En effet le jeu gère comme beaucoup d'autres les oppositions d'éléments, seulement ici c'est poussé à l'extrême. Imaginez que vous ayez une armure avec l'élément opposée à celui de la magie invoquée par le boss, il y a de fortes chances pour que vous trépassiez en une fois, et si ce n'est pas le cas vous n'en serez pas loin. Or avec l'équipement de l'élément adéquat cette même magie ne vous fera quasiment rien ! Je suis pas très fan de cette conception car on ne peut deviner l'élément de prédilection d'un boss à l'avance, et en plus ça oblige à avoir une armure de chaque élément toujours disponible sur soi ! Ça peut revenir cher à force...
Dernier détail concernant les boss, le jeu permet de voir que l'on les a bientôt battus. En effet une fois la moitié de vie enlevée, le boss commence à devenir rouge, et il vire de plus en plus au rouge à chaque nouvelle moitié enlevée (donc de plus en plus rapidement). Très utile pour se rendre compte que lorsqu'on a plus d'objets et que le boss n'a pas encore changer de couleur, il vaut mieux presser le bouton RESET (bouton bien connu de notre cher Spiriel national).
Rudora no Hihou
Rudora no Hihou
Rudora no Hihou

Square maîtrise la Snes

Comme je l'ai dit plus haut le jeu fait au départ penser à du FF6. Les décors, les sprites, tout ressemble au meilleur Rpg Snes (à mon goût). Je trouve même que les villes et les sprites sont légèrement plus réussis. Même constat au niveau des combats, surtout au niveau de l'animation des divers protagonistes, là le jeu n'a pas d'équivalent sur Super Famicom ! Les persos sont vraiment super bien animés, que ce soit à l'arrêt, lors des invocations et surtout lors des attaques ! Les magies sont magnifiques et diversifiées. Seuls les décors de fond lors des combats sont un ton au dessous de ceux de FF6, mais ils restent splendides. La où le jeu ne peut soutenir la comparaison avec le chef d'œuvre de la même boîte, c'est au niveau de la bande-son. Certes la qualité sonore est excellente, certes certains thèmes sont carrément mythiques (notamment la musique des boss de Sion), mais globalement c'est « juste " très bon, là où FF6 défonçait tout. En ce qui concerne les bruitages, c'est parfait : les bruits de porte qui s'ouvre, l'eau qui coule.... Magnifiquement rendus. Le genre de petits détails qui fait les grands jeux ! Le scénario est quant à lui très travaillé mais parfois un peu lourd. Rien de bien grave je vous rassure, mais il vous fera visiter de nombreuses fois les mêmes lieux au cours des divers scénarios, ce qui est parfois pénible. La durée de vie globale est de cinquante heures à vue d'œil (hélas il n'y pas de compteur... c'est relou).
Rudora no Hihou
Rudora no Hihou
Rudora no Hihou
En somme, la popularité d'un jeu ne signifie pas forcément la qualité, et inversement, Rudora No Hihou est encore là pour nous le rappeler !
Un excellent jeu à ne pas rater, incroyablement original malgré quelques lourdeurs.

??/??/????
  • Techniquement superbe
  • Les destinées croisées
  • Le système de création de magie
  • La musique des boss de Sion !
  • Grosse durée de vie
  • Parfois répétitif
  • Difficulté très mal dosée
8

GRAPHICS 4.5/5
SOUND/MUSIC 4/5
STORY 4/5
LENGTH 4.5/5
GAMEPLAY 4.5/5
Rudora no Hihou > Commentaires :

Rudora no Hihou

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
voir aussi Commentaires vc [0]
22 commentaires sur Super Nintendo
Kray7

le 10/10/2021
9_5
Je possède le jeu depuis plus de 12 ans et je n'ai jamais su que c'était l'un des meilleurs RPG auxquels j'ai jamais joué.
Très fort, il a fait battre mon cœur jusqu'au bout. Son intrigue est même complexe, articulée avec du suspense, les rebondissements sont fréquentes, immense.
Elekami

le 10/05/2014
8_5
Rudra no Hihou est l'un des RPG les plus méconnus de Squaresoft, mais pourtant aussi l'un de ses meilleurs. C'est un jeu de rôle sorti uniquement au Japon en fin de vie de la Super Nintendo (heureusement, il existe maintenant une traduction amateure en français) qui était plein d'audace. Déjà, il proposait d'alterner entre trois scénarios différents, ce qui promettait une très grande durée de vie. Ensuite, on peut constater que sur le plan graphique, il surpasse l'extrême majorité des autres jeux de la console, et même probablement l'illustre Final Fantasy VI, pour ne citer que lui. Notons également sa superbe bande-son, et son gameplay réussi avec entre autres un système de magie juste génial. Finalement, on ne pourra guère que lui reprocher une difficulté en dent de scie assez mal gérée, ce qui est malheureusement un défaut parfois assez gênant, ou encore les nombreux allers-retours que l'on fait durant l'aventure (même si certains pourront s'en accomoder plus que d'autres). Ceci dit, cela n'efface pas toutes les grandes qualités dont recèle le jeu, un véritable petit chef d'oeuvre qui aurait surement mérité un plus grand succès lors de sa sortie...
Bahamut-Omega

le 02/02/2014
Edité le 30/12/2014
9
Finis Rudora no Hihou en 45 heures (à la louche).

Encore une excellente surprise (très tardive) que m'a laissé la Super Famicom (et oui c'est resté au Japon).

+ L'histoire, captivante et riche en rebondissement. Nous suivons le parcourt en parallèle de trois groupes de héros qui ont pour but d'empêcher l'apparition d'un Rudora, une créature qui participe à un cycle de destruction et de reconstruction qui se met en place tout les 4000 ans, anéantissant la race en place sur la planète.
Avec des méthodes différentes, ils auront 16 jours pour y arriver. Le groupe de Sion combat la secte de Rudora et poursuivent un géant qui a tué les amis de Sion. Le groupe de Surlent étudie les reliques et prophéties du passé espérant trouver un indice pour empêcher l'apocalypse. Et le groupe de Riza tente de purifier le monde, gravement pollué par les hommes et espère s'attirer les faveurs des cieux.

+ L'univers du jeu, très riche. Il y a 5 cycles de 4000 ans d'histoire tout de même.

+ Les nombreux personnages sont très attachants.

+ Techniquement c'est sublime. Les décors sont riches et détaillés en plus d'être assez diversifié.
Les animations en combat sont toutes aussi sublimes. Nos héros sont très bien dessinés et ont des animations fluides. Les ennemis sont très détaillés et bouge un peu même.

+ L'OST est aussi excellente, les thèmes de boss sont magistraux. Les thèmes des donjons sont peut-être les moins réussis, plus classique surtout, mais très agréable tout de même.

+ Le système de combat. Un tour par tour tout ce qu'il y de plus classique, avec la possibilé d'orgaiser les tours, ce qui est vraiment très pratique. C'est simple et efficace.

+ Le système de création de magie, vraiment épatant et même assez addictif. Il y a 8 éléments, plus les soins et bonus/malus il faut assembler des syllabes pour créer une magie aux effets variés. Chaque type de magies ont leurs radicaux (entre autre: IGU pour le feu, REFU pour les soins, etc...) auxquels on peut y ajouter des préfixes et suffixes. Un peu comme les fire, fira et firaga dans les FF en japonais mais en bien plus poussé et avec des possibilités incroyables (on parle souvent de 300000 magies). Le problème pour nous occidentaux, c'est que ces "mots magiques" sont basés sur du Japonais, l'adaptation pour une équipe amateur a été impossible. Il faut soit se servir d'une soluce, soit les créer hasardeusement, ou alors prendre son temps et se servir des magies utilisée par les ennemis ou données par des pnj et les faire évoluer ou régresser.

+/- Le fait que les scénarii ne soient pas plus liés que dans le gameplay. Cela dit chaque groupe se débrouillent tout seul et l'on est pas obligé de faire les mêmes donjons en même temps avec différents groupes.

+/- Le système de jours et de nuits qui ne sert uniquement au scénario. Mais encore une fois ce n'est pas forcément un défaut, on peu prendre notre temps au moins.

- Difficulté inégale. Les boss utilisent des magies d'un ou deux types, si l'on a pas d'armures avec ces mêmes types, ils peuvent décimer notre équipe. Et inversement avec ces armures, on a pas grand chose à craindre d'eux. Autan dire qu'il vaut mieux garder ces armures et armes élémentaires.
Seul le vrai dernier boss peut poser des problèmes grâce / à cause de ses nombreux HP.

- L'exploration sur la World map. On a pas de mini-carte pour se repérer, ni de moyen de transport. Vers la moitié du jeu il faut passer par des téléporteurs dans certains donjons pour pouvoir se déplacer.

Malgré ces défauts, c'est un jeu à faire absolument. Une perle de la Super Nintendo et de Square Soft.
herbert1980

le 27/04/2013
8
D'accord avec le test, à faire pour les fans de JRPG à l'ancienne, plus d'excuse puisque une traduction en français existe! Reste un mystère pourquoi ce système de magie extraordinaire n'a-t-il pas été repris par d'autres jeux ?
anhhoi

le 25/04/2013
Edité le 25/04/2013
7
Grace à sa traduction bénévole j'ai pu découvrir ce jeu qui n'est pas sorti en dehors du Japon.

Rudra no Hihou est un jeu sympathique, avec des personnages attachants, et présentant quelques points assez originaux dont deux principaux. D'abord les trois scénarios parallèles, dans lesquels on peut avancer comme bon nous semble, alternant de l'un à l'autre librement.
Ensuite, le système de magie avec des mots que l'on rédige soit même, mots à découvrir au fil de l'aventure.
Ces deux originalités entrainent cependant aussi une certaine lourdeur.
S'agissant des scénarios, on passe plusieurs fois par les même lieux et j'avais tendance à finir par m'emmeler un peu dans l'histoire, essayant de jouer les scénarios en alternance. Je ne me souvenais plus trop quel lieu j'avais visité ou pas avec tel personnage.
Pour le système de magie, il manque un répertoire de l'ensemble des découvertes de mots, sachant qu'on ne peut sauvegarder que quelques pages de magies et qu'on atteint très vite la limite autorisée.
On est obligé du coup de noter nos découvertes sur un support à part. Et j'avoue que je suis passé à coté de nombreuses magies.

Dans l'ensemble le jeu me laisse un souvenir agréable, avec des musiques et des graphismes plaisant, mais, sur le même support, loin d'être au niveau (par exemple) d'un Final Fantasy 6 ou Chronotrigger.

A noter, un thème assez rare abordé par l'histoire, un message plutôt écologiste.
peppermint

le 17/02/2013
Edité le 29/07/2013
8_5
J'ai passé un excellent moment en jouant à ce jeu. Le scénario est bien solide. Le jeu est aussi doté d'une ambiance bien particulière, parfois mélancolique. Le tout, servi par des graphismes et des musiques magnifiques. Les personnages (Sion, Surlent, Riza, Dune) sont tous intéressants,et parfois même profonds (Riza). Le jeu possède de bonnes animations, et ça, ça rajoute toujours plus de vie à un jeu.

Le système de combats parait classique aux premiers abords, mais il faut souvent (surtout contre les boss) bien se préparer, bien penser ses attaques et sa défense et bien répartir ses équipements. De plus, le système de mantra est bien pensé et apporte vraiment un gros plus au jeu.

Par moment, on peut ressentir une légère répétition dans le déroulement, mais jamais de lassitude. Peut-être qu'il aurait fallu, en effet, que l'alternance jour/nuit ainsi que l'enchaînement des jours soit plus poussé. Cela aurait mieux servi le concept des 16 jours en offrant une dimension supplémentaire. Ce qui n'a pas altéré mon intérêt pour le jeu.

Au final, Rudora no Hihou est un jeu que j'ai hautement apprécié, et ce, du début à la fin.
Spiriel

le 03/11/2012
Edité le 02/01/2015
6
Rotka a raison : l'alternance jour/nuit et entre les trois scénarios n'offrent curieusement aucune liberté d'action au joueur. Rappelons-nous tout de même qu'à l'époque, l'obsession de la liberté du joueur n'était encore qu'une chimère.
Les musiques et les graphismes sont typiques de la fin de vie de la SNES : sublimes. Le scénario et le gameplay sont bons et assez originaux et étonnants, sans être exempts de défauts. J'ai adoré Riza, et de façon générale les personnages sont sympas. Le jeu finit par être un peu redondant, mais il fait parti des incontournables de la console une fois qu'on a fait FFVI et CT.
Zeckfried

le 09/06/2011
7
Quand Square prend quelques risques, ça peut donner des merdes (Live a Live) et des réussites, comme Rudora no Hihou. On peut pester contre les nombreux artifices inutiles du jeu comme les multiples scénario, le temps limité et le système de magie bien ripoux. Pourtant, le tout fonctionne au sein d'un scénario intéressant permettant une ambiance assez oppressante et nostalgique. Une oeuvre à part, loin d'être parfaite mais très intéressante tout de même.
Rotka

le 19/07/2010
Edité le 19/09/2010
5
Rudora est un RPG qui, au final, ne fonctionne pas. Le système des 3 scénarios à jouer en parallèle n'a en vérité aucun intérêt car il n'y a aucune interaction entre les 3 scénarios outre les évènements scriptés. En somme, ce qu'on fait dans un scénario influe sur les autres simplement parceque c'était écrit au préalable, et le joueur n'a en fait aucun rôle ni aucune liberté dans ce qui arrive d'un scénar à l'autre. L'idée n'est pas du tout exploitée, voire pire encore, redondante. En effet, on revit les mêmes scènes d'un scénario à l'autre (toutes les scènes d'interactions entres chaque groupe de héros) bien que les 3 scénario soient bien distincts et possèdent leur propre histoire. Une histoire globalement de bonne qualité, avec quelques moments très bien pensés (notamment le scénar de Surlent) et une mythologie assez conséquente.
Le système de jour et de nuit (on a en effet 16 jours pour empêcher la fin du monde) est une fois de plus qu'un simple artifice puisque scripté à mort. Certains jours se boucleront en 20 minutes alors que d'autres prendront plusieures heures. De plus, nos persos tiennent au final peu compte du moment de la journée puisqu'ils ne dorment pas toujours d'un jour à l'autre. On a l'impression que cette idée des 16 jours n'a pas été incorporée au jeu, et ne sert que le scénario. Il aurait été plus intelligent de laisser le joueur réellement faire ses propres choix pendant que le temps s'écoule en temps réel, afin de créer une vraie relation entre le scénar et le gameplay. Dans Rudora on peut par exemple passer 15 fois à l'hôtel dormir dans la même journée sans que le temps ne s'écoule, tant qu'on a pas déclenché la partie du scénar scriptée à l'avance. C'est juste incohérent et inutile. On dirait un Visual Novel où seul le scénar est mis en avant. C'est une sacré déception car il y'avait vraiment moyen de faire quelque chose d'extra en misant sur le temps réel à la Majora's Mask, et donner finalement un vrai sens au gameplay ....
Seul le système de Mantra s'en sort avec les honneurs, car vraiment bien implémenté dans le jeu et dans le scénar.
Yahiko

le 31/01/2010
8
Un Rpg dont on ne parle que trop, car Rudora no Hihou fait partie des grands jeux de Squaresoft. A une époque où tout ce que touchait la firme se transformait en or, ce soft est passé (presque) inaperçu alors qu'il jouit d'une qualité dont peu de jeux peuvent se targuer. Magnifique graphiquement et musicalement, il propose une aventure riche et merveilleuse. Un vrai plaisir.
103 active users (1 member, 102 guests, 0 anonymous member)
Online members: Popolon
Legendra RPG V4.8.42 © Force 2021 - Legal Mention
Webmaster : Medion