bandeau
avatar Guest
Login|Reg.
sign
All content (reviews, previews, articles, faq and soundtracks) is written in french
fiche

Phantasy Star III: Generations of Doom > Articles > Review

Phantasy Star III: Generations of Doom

crpg md europe
Phantasy Star III: Generations of Doom
Voici donc l'OVNI de la série culte de Sega. Adoré ou carrément détesté, Phantasy Star 3 reste encore aujourd'hui le sujet de controverse majeure chez les fans de la série, dont il est dans nombre de cas partiellement voire totalement exclu. Dernière preuve en date: Sega lui-même a décidé de ne pas l'inclure dans ses remakes 3D Ages, qui ne constitueront au final qu'une trilogie.

Heroïc Phantasy

Phantasy Star 1 et 2 se déroulaient dans un univers très SF (c'est encore plus vrai pour le 2), plus ou moins mâtiné de fantasy. On en est bien loin dans Phantasy Star 3. Première surprise, celui-ci débute en effet comme un RPG heroïc-fantasy somme toute classique. On se demande vite ou se trouvent les liens avec les précédents volets...

On nous présente un récit d'une guerre ancienne entre le brave Orakio et la sombre sorcière Laya, qui fit trembler le monde. À la fin, Laya fut vaincue mais Orakio disparut avec elle. L'action prend place 1000 années plus tard (un chiffre clé dans la série). Depuis lors, la population du royaume a oublié jusqu'à l'existence d'autres mondes au delà des frontières de Landen. Vous incarnez le jeune et beau prince Rhys (Kane Sa Riik en jap') du royaume de Landen. Le chanceux épouse aujourd'hui la belle Maya (Marlena Le Cille en jap'), une mystérieuse jeune femme amnésique retrouvée sur un rivage quelques temps auparavant. La cérémonie ne durera pas plus de 2 secondes vu qu'un dragon s'affirmant comme descendant des armées de Laya apparaît et capture votre bien aimée. Tant qu'on y est le Roi décide de vous offrir un trip gratuit en prison (!), pour chasser vos idées de vengeance. Le jeu se serait arrêté là si une étrange femme n'était pas venue vous libérer ensuite, avant de disparaître. L'aventure débute ainsi : seul, fauché et sans aucune piste, parviendrez vous à trouver votre bien aimée ?
Un prince à la recherche de sa belle capturée par un dragon .. Et oui, on est à des années-lumière du scénario de Phantasy Star 1 et 2 ! Ici, la fantasy prédomine, avec ses châteaux, ses rois, ses temples, et tout l'attirail, gratuit. Toutefois, on se rendra compte que la science-fiction propre aux Phantasy Star est belle et bien là ! Très vite dans le jeu, et ce rien qu'en regardant la carte principale, on se rendra compte que l'univers est divisé en plusieurs sortes de sous-mondes circulaires (reliés entre eux par des passages à l'esthétique SF pure), ayant chacun des caractéristiques géologiques plus ou moins variées. Des robots et autres cyborgs, amis ou ennemis, seront aussi de la partie, mais je n'en dirai pas plus.
Phantasy Star III: Generations of Doom
Phantasy Star III: Generations of Doom
Phantasy Star III: Generations of Doom

Les yeux plus gros que le ventre ?

Phantasy Star 3 fut un projet très ambitieux. Trop ambitieux sans doute, et inutile d'être un fin analyste pour constater cet état de fait. Contrairement à celui de ses prédécesseurs, l'univers du jeu manque hélas cruellement de finition.

Phantasy Star 3 est extrêmement vaste : on a droit en effet à 8 mondes, sans compter l'accès à d'autres lieux externes plus tard dans le scénario. Tout ça est une excellente idée (et ce n'est pas la seule, j'y reviendrai) mais le problème, c'est qu'on en vient vite à se demander si un monde plus restreint mais plus fignolé n'aurait pas été préférable : globalement, et sur quasiment tous les points, Phantasy Star 3 semble vide. Comme si le développement s'était arrêté prématurément. Une impression qui n'est pas faussée : le développement de Phantasy Star 3, d'après le peu d'interviews disponibles des développeurs souvent peu enclins à en parler, fut sujet à des problèmes de budgets et de délais, et se déroula dans une ambiance morose.

Et effectivement, cela se ressent : les villages sont grands mais vides, les mondes ont une taille conséquente mais qui se révèle plus gênante qu'autre chose, vu que les lieux sont trop espacés les uns des autres. Tout cela n'aurait pas été un si grand problème si les personnages ne possédaient pas une vitesse de déplacement digne d'un gnou mort nécro-animé... Malheureusement ceux-ci se traînent avec une lenteur assez surhumaine.
Une telle lenteur confère à Phantasy Star 3 un certain manque de rythme, sans compter que la fréquence des combats est assez élevée. Pire encore : il n'est pas rare de se perdre dans les villages eux-mêmes à la recherche de telle ou telle boutique. Joueurs impatients s'abstenir.

Autre problème qui n'arrange pas le tout, le level design, très moyen. On garde ici la vue de dessus de Phantasy Star 2 pour les donjons, avec un manque flagrant de classe toutefois. Les donjons de Phantasy Star 2 étaient certes ardus mais travaillés à ce niveau (téléporteurs, plusieurs étages, trous, pièces diverses...). Dans Phantasy Star 3, on a principalement droit à des sortes de labyrinthes à plusieurs embranchements, bloqués par des murs ou autres culs de sacs à divers endroits, un peu comme les jeux derrière les boites Chocapic. Rien de bien dramatique, on a déjà vu ça dans bien des RPG, mais on est loin de sauter au plafond.

Pour parachever le tout, Phantasy Star 3 souffre d'un gros problème de variété graphique.
À nouveau, on est en-dessous de son prédécesseur et, plus grave, de ce qu'on est en droit d'exiger pour un jeu de 90-91. Les villages sont nombreux, mais sont tous identiques, que l'on soit dans un monde enneigé ou désertique, ça ne change rien. On a droit à UN modèle unique de maison qui sert pour TOUS les villages du jeu, quant aux habitants, le nombre de sprites leur étant réservé tient sur les doigts d'une main. Les différents mondes se ressemblent beaucoup, même constat pour les donjons. Mais alors que d'autres jeux compensent ce manque de variété par des petits détails décoratifs placés dans chaque donjon, maison ou château, qui suffisent à les différencier les uns des autres, Phantasy Star, lui, se contente principalement... des murs et du sol ! Pas la moindre statue, rien pour égayer le tout, rien de rien.
Détail assez affligeant : si on peut cette fois se balader dans les maisons, elles sont toutes identiques à l'intérieur et totalement vides malgré leur grande taille. Ah, les frissons de la honte ressentis en croisant parfois un ou deux livres mal dessinés qui se demandent sans doute ce qu'ils font là ou des lits colorisés avec deux tons couleur marron...
Phantasy Star III: Generations of Doom
Phantasy Star III: Generations of Doom
Phantasy Star III: Generations of Doom

Gameplay... ?

Les combats étaient un des points forts de Phantasy Star 2, de part leur dynamisme, leur réussite graphique (animation et monster design excellent), et la facilité de programmation des attaques. Hélas, là encore Phantasy Star 3 recule d'un pas. Le menu est remplacé par un système d'icônes jaunes à la clarté discutable (on se demande dès le départ à quoi ressemblent ces sortes de clés qui tournent)... Au niveau des magies, on doit équilibrer les capacités des personnages dans tel ou tel domaine dans une boutique. C'est sympathique, mais dommage que les sortilèges autres que ceux de guérison ou de support soient parfois d'une utilité limitée. On saluera néanmoins la volonté d'innover.

Mais dans la représentation graphique des joutes, il y a un gros hic. La vue subjective de Phantasy Star 1 est de retour (adieu la classe des personnages qui portaient leurs attaques), mais c'est surtout esthétiquement douteux. Bon, certains monstres sont certes assez gros... Mais les décors de fond, s'ils sont présents cette fois, sont moyens dans la plupart des cas (des sortes de parallaxes simplistes appliquées les unes sur les autres), on en vient à regretter les décors du premier Phantasy Star...
Problème aussi au niveau du monster design. Adieu le design soigné de Phantasy Star 2, on tombe ici souvent dans le mauvais goût. Si certains sont corrects ou même bons, on retiendra hélas surtout certains monstres foireux comme les cartes mères volantes, les géants bleus à poil, les seringues qui planent, sans parler des têtes de Jacques Chirac géantes flottant dans le vide (si si...)!

Tous ces monstres sont bien sûr animés. Et là, tous aux abris, c'est le drame, la catastrophe, l'alerte rouge !! Ici, tout se résume à des animations moisies, irréelles de nullité, en deux étapes. Impossible de contenir des fous rires lorsqu'un gigantesque monstre musclé se dresse devant vous et soudainement bouge un doigt en guise d'attaque, que des body builders qui contractent leurs pectoraux... sans parler des têtes qui reniflent (!), et j'en passe... Un monument de mauvais goût, souvent retenu comme étant le principal défaut du jeu. Quant aux illustrations des attaques des héros (coups d'épée, de griffes, de pistolet, de bâton...) sur les ennemis, elles sont tout simplement laides, bâclées, et ne changent jamais quelle que soit l'arme... Un pas de géant en arrière si on compare ça à Phantasy Star 2.

On notera aussi une ergonomie parfois bancale. Mais la quantité d'objets/armes reste conséquente, et la difficulté est bien dosée.
Phantasy Star III: Generations of Doom
Phantasy Star III: Generations of Doom
Phantasy Star III: Generations of Doom

But the Star still shines !

Et pourtant Phantasy Star 3 a quelque chose de magique. Même si il accumule des défauts de gameplay frustrants et des erreurs dans bien des domaines, même si ses combats sont loin d'un Phantasy Star 2, il y a un élément qui, à lui seul, relève le niveau global: l'ambiance.

Cette ambiance unique, qui ne ressemble à celle d'aucun autre RPG. Tout cela d'abord grâce à une bande-son excellentissime, signée le mystérieux IPPO, dont le talent sera tellement remarqué qu'il deviendra le compositeur attitré de Phantasy Star 4. Les morceaux ne ressemblent pas à ceux des autres Phantasy Star : ils possèdent un ton mélancolique, une beauté légère et extrêmement douce, qui confère à Phantasy Star 3 une certaine tristesse dans son atmosphère, quelque chose qui touchera les joueurs dotés d'une certaine sensibilité.
Dès la musique d'intro, on se sent captivé. La thème de la carte du monde (qui varie en intensité selon le nombre de héros composant votre équipe, bien trouvé) est une vraie réussite. Il y a aussi un réel travail d'originalité sur la musique des combats : selon que la bataille prend une tournure favorable ou défavorable pour vous, le morceau joué sera différent. Le seul problème c'est que le morceau de base (avant que le premier assaut soit lancé en général) est un ratage total, digne du bruit fait par de vieilles boites à rythme qui seraient passées sous un tank... Heureusement les morceaux alternatifs sont bien meilleurs.

Le scénario de Phantasy Star 3 est très bon. On a droit à de nombreuses surprises, les personnages sont variés, et le monde créé est un modèle d'originalité. Mieux encore, il possède une véritable aura. On sera en permanence surpris par de nouveaux éléments étoffant régulièrement la qualité de l'univers. Malheureusement, l'impression de vide et la lenteur globale fait que le déroulement manque de rythme.
Autre très gros point fort du jeu, le système de générations. Chose unique dans un RPG, lorsque vous aurez terminé votre première aventure, celle de Rhys, vous aurez le choix entre deux filles pour vous marier, Maya et Lena. Selon la fille choisie, vous aurez un fils totalement différent et un scénario totalement différent s'offrira à vous. À la fin des aventures de la seconde génération, vous aurez là aussi un choix entre deux épouses, soit 4 possibilités au total pour le scénario 3. Mais la 3ème génération offre assez peu de changements selon les héros.

À l'inverse du monster design parfois bancal, le character design du jeu est une vraie réussite. On le doit à Toyonaka Ozaki, qui prit son rôle très à coeur au point de fournir pendant de nombreuses années sur le net un site dédié à Phantasy Star 3 rempli de travaux inédits (hélas fermé aujourd'hui).
Les 6 princes qui font figure de héros principaux à chaque génération sont charismatiques, et la plupart des autres personnages le sont eux aussi. Les sprites se déplacent avec une certaine classe et sont agréables à l'œil. Certains designs sont marquants, comme celui du mythique cyborg Wren (Shirren en jap'), qui sera d'ailleurs repris dans Phantasy Star 4. L'allure élégante de certains héros colle au côté romantique et mélancolique du titre. Malheureusement, les personnages ne sont pas aussi attachants que ceux des précédents volets, la faute à des dialogues quasi absents, à leur très grand nombre et au fait qu'on ne les observe pas durant les combats. L'imagination du joueur ne suffit pas à combler les vides... Heureusement, un coup d'oeil aux nombreux artworks pleins de vie (certains sont exposés sur Legendra) réalisés par T.Ozaki permettent de changer tout de même cette donne.

À noter que quelques références aux anciens PS seront faites notamment vers la fin du jeu. Globalement, Phantasy Star 3 est à aborder comme une side story (le véritable lien le raccrochant aux autres sera fait dans un bref passage de Phantasy Star 4), ou tout simplement comme un jeu à part.
Phantasy Star III: Generations of Doom
Phantasy Star III: Generations of Doom
Phantasy Star III: Generations of Doom
Titre au potentiel gigantesque, possédant une ambiance mémorable, une durée de vie conséquente et un charme unique tout comme de nombreuses bonnes idées, Phantasy Star 3 est malheureusement gâché par un grand nombre de défauts frustrants auquel chacun accordera plus ou moins d'importance... Quel dommage que le développement n'eut bénéficié des meilleures conditions.
Ce jeu, qui ne sera hélas sans doute jamais remaké (alors que dénué de ses défauts il aurait pu devenir fabuleux), reste principalement destiné aux hardcore gamers du RPG, aux joueurs patients, possédant un amour pour les jeux old school et dotés de suffisamment d'imagination, ainsi qu'à ceux qui désirent découvrir la saga entièrement. Ceux-là pourront trouver un jeu unique qui leur procurera une expérience à part. Quant aux autres...

03/03/2005
  • Une ambiance unique
  • Une bande-son fantastique
  • Le système de générations
  • Durée de vie conséquente
  • Un bon scénario
  • C'est pas vraiment Phantasy Star ça...
  • Les combats
  • Une lenteur hypnotique
  • Manque global de finition flagrant
6

GRAPHICS 3/5
SOUND/MUSIC 4.5/5
STORY 4/5
LENGTH 4.5/5
GAMEPLAY 2.5/5
Phantasy Star III: Generations of Doom > Commentaires :

show_hide Insérer un commentaire aide

$_$ >_< <_< :!: :!: :( :) :- :6: :a: :alien: :banana: :bat: :bave: :bear: :berk: :blush: :boss: :bounce: :bye: suivant


OK
0 commentaire
Aucun commentaire

Phantasy Star III: Generations of Doom

commentaires

md [22] pc [0] vc [0]

43 active users (2 members, 41 guests, 0 anonymous member)
Online members: Herbrand, Sergio
Legendra RPG V4.8.42 © Force 2019 - Legal Mention
Webmaster : Medion